#01-Gestes de base pour pratique du carnet de voyage

Bonjour petit cro’coeur,

Tuto #1 – travailler le trait et mettre en page

Aujourd’hui nous allons travailler les différents types de traits qui peuvent être utilisés comme symboles graphiques. Très utiles dans vos croquis ils vous serviront à traduire tous types de textures. Plus vous les maîtriserez, plus ils deviendront votre signature graphique de la même manière que votre écriture vous est personnelle.

Lire la suite #01-Gestes de base pour pratique du carnet de voyage

Gestes de base pour bonnes pratiques

Bonjour petit cro’coeur,

Pour  recevoir chaque semaine  mes tutoriels inscrivez-vous. Cette semaine :

Les gestes qui sauvent

Et si cette semaine on profitait des gestes de bases du dessin pour également apprendre les gestes de base du sauveur. Ce dimanche j’ai passé ma journée en compagnie d’une agréable équipe de la Croix-rouge pour passer mon diplôme de PSC1P comme prévention S comme secours C comme civique de niveau 1.

Et  j’invite tout le monde à en faire autant. Franchement 60 euros pour pendant 8 heures apprendre à gérer une situation et faire les premiers gestes de secours c’est franchement peu cher payé.

Si les vagues d’attentats ont fait prendre conscience à la population de l’intérêt de connaitre les gestes de 1er secours, la probabilité, je le souhaite, de se trouver dans cette situation est faible. Par contre les accidents de la route, les accidents domestiques, les chutes, les  blessures graves et les mauvais coups sont notre quotidien.  Le saviez-vous?

Chaque année une peau de banane tue plus que les accidents d’avions…Les noyaux d’abricots plus de victimes que les requins.

Donc durant cette journée on ne vous apprend pas à devenir médecin, pompier, ou superman mais simplement à faire les gestes à votre portée qui peuvent sauver des vies, ou permettre d’attendre les secours.

Pour cela il y a 4 choses essentielles, tellement simples et si évidentes que l’on n’y pense pas.

Vous arrivez sur un accident de vélo, une personne est au sol, que faites vous?

1 – je gare mon véhicule à un endroit sécurisé pour ne pas provoquer un autre accident. Si je suis seule je sors mon triangle pour le mettre sur la route en amont de l’accident et enfile mon gilet fluo pour être visible. Si il y a d’autres personnes demandez leur de mettre des triangles et d’assurer ,sans se mettre en danger, la circulation.

2 – J’apprécie l’état de la victime. Je vérifie son état de conscience et si elle respire normalement, je lui explique ce que je vais faire et la rassure.

3- Après avoir fait un diagnostique je demande de l’aide, le 15 pour le samu pour venir en aide à la victime et fait prévenir le 17 pour la police pour gérer les problèmes de circulation et gestion de l’accident.

4- J’effectue les gestes de premier secours de façon calme et non précipité. Je retire si possible le vélo.

  • Si la personne est inconsciente mais respire je la positionne en PLS (position latérale de sécurité)
  • si elle est consciente et se plaint de plaie importante avec un fort saignement je lui demande de faire un point de compression sur sa plaie à l’aide de sa main. Si elle est trop faible je fais ce point de compression en veillant à éviter le contact avec son sang ( prendre des gans jetables, un sac plastiques ou un morceau de tissus ) pour éviter toute contamination. Et la couvre pour qu’elle n’ai pas froid. Si je dois me déplacer je lui fais un pansement compressif à l’aide d’un lien ou d’une bande suffisamment large pour couvrir la totalité de la plaie.
  • Si elle se plaint d’un membre ou d’une articulation. Je l’invite à se coucher ou à s’asseoir et faire en sorte qu’elle sollicite le moins possible le membre douloureux. La couvrir pour qu’elle ai chaud et la rassurer en  lui parlant calmement le temps que les secours arrivent.

Le geste classique d’erreur

Une personne souffre d’étouffement. Attention il y a 2 cas de figure.

  1. Soit la personne est en capacité de tousser, de parler, de respirer même avec des difficultés. Dans ce cas je l’invite à se mettre dans la position dans laquelle elle se sent le mieux, souvent penchée en avant ou assise. Je l’incite à tousser ET NE FAIT RIEN DE PLUS. Je reste à côté d’elle jusqu’à ce qu’elle reprenne une respiration normale. JE NE LUI TAPE PAS DANS LE DOS car cela risquerait de déplacer ce qui embarrasse ses voies aériennes pour les boucher complètement et créer un étouffement.
  2. La personne ne peut pas répondre, elle s’agite mais ne peut ni parler, ni tousser, ni respirer. Elle peut émettre des râlements ou tenter de tousser mais rien ne sort. Je place une main contre sa poitrine et de l’autre je viens frapper de 1 à 5 fois du plat de la main entre ses omoplates, jusqu’à ce que tout rentre dans l’ordre. Si les claques dans le dos n’ont pas eu d’effet j’enserre la personne dans mes bras par derrière, place un de mes poings fermé sur son estomac juste sous le creux des côtes. Je maintiens mon poing en place grâce à l’autre main et j’enfonce fortement mon poing vers le haut et vers moi. Recommencer ces gestes 5 fois maximum. Cela devrait faire sortir le corps étranger qui encombre.

Si la personne n’étouffe plus mais continue de tousser, rencontre des difficultés à avaler ou ressent une gêne, il est possible qu’une partie de l’objet soit resté coincé dans la trachée il convient de consulter un médecin.

Et ils sont nombreux ces simples gestes, la PLS (position latérale de sécurité) , le massage cardiaque, les soins sur une brûlure . Mais même si ces gestes vous font peur ce qu’il est important d’apprendre c’est garder son  calme, mettre en sécurité la personne blessée et surtout savoir faire une bonne analyse de la situation pour prévenir avec calme et précision les secours.

Cette formation c’est la seconde fois que je la passe, depuis j’ai été témoin d’un accident de la route j’ai pu sécuriser la scène mettre hors de danger les personnes qui occupaient le véhicule prévenir les secours avec le matériel adéquat en fonction du nombre de blessés et pathologie.

J’ai également pu faire les bons gestes auprès d’une personne âgée qui lors d’une chute s’est blessé au poignet avec étourdissement et vomissements. Résultat traumatisme crânien, poignet cassé alors qu’elle ne jugeait pas utile de faire venir les secours.

Alors non je ne suis pas Wonder woman, non je ne sauverai pas le monde comme le fait Bruce Willis mais si je peux ne pas être inutile face à une situation d’accident ce bien bête de ne pas prendre une journée pour m’enrichir de ce savoir.

Je vous invite également à télécharger ce PDF : prevenir les risques « Pour réduire les risques, se préparer à une situation exceptionnelle. » Inondation , incendie, tremblement de terre, tempête font de plus en plus partie de notre quotidien, comment s’y préparer. Ce document est extrait de

Le guide des gestes qui sauvent édition 2017,  auteurs Docteurs Pascal Cassan et Daniel Meyran- conception graphique : Thierry Aubert – illustrations Philippe Diemunsch

Cette semaine comme défi je vous invite à me dessiner votre kit catastrophe : le Cata-kit »

  • Gans de manutention
  • couteau multifonction
  • couverture de survie
  • bougies
  • briquet
  • lampe à manivelle
  • radio à pile
  • papier toilette
  • lingettes desinfectantes
  • sacs poubelle
  • sifflet
  • miroir
  • ficelle
  • trousse premier secours
  • bouteille d’eau
  • poche à réserve d’eau
  • cachets assainisseurs d’eau
  •  bloc papier et crayon de papier

et  m’indiquer quel usage direct ou indirect peut-on faire de ses objets. A vous d’imaginer présentation et  votre mise en page.

Comme d’habitude on se retrouvent sur le groupe facebook atelier-carnet de voyage pour voir le résultat.

Saint Nicolas , pains d’épices et chocolat

J’avais tout prévu pour ce weekend, programme bien planifié.

Samedi 9h piscine, 10h30 les courses, 12h repas, 14h descente vers les animations de la St Nicolas : dessins,  15 h le village de la marmaille pour observer les regards fascinés des enfants, 17h profiter de la féerie de la fête. 18h me rendre au point de départ du défilé, 19h30 tartiflette avec Sophie.

Alors ce n’est pas du cadré ça?

Vendredi, Nancy avait enfilé son manteau de neige, la température est bien descendue mais le soleil était annoncé pour le défilé. Super motivée vendredi pour aller voir les chars et animations…. Mais voilà samedi matin -4 degrés est l’arrivée  d’un gros paquet de flemme. 9 heures je suis encore devant ma table de déjeuner. Le radiateur ronronne dans mon dos et la bouilloire est encore chaude, je regarde du coin de l’œil ma pochette de crayons. A croire qu’elle non plus n’a pas envie de sortir, car sous mon regard elle tombe de la table et glisse se cacher sous le canapé. Le fauteuil me tend les bras et je sens déjà le velours du plaid caresser mes épaules. Et à ce moment précis je sais que je vais passer la journée de mon fauteuil> à ma table à dessin, de mon livre> à ma tablette, de la radio> à la télé, de ma tasse de thé> à ma tasse à café, jusqu’à ce que Sophie arrive.

croquis rapide en trait continu et aquarelle du coin de mon appartement avec mon fauteuil

Je commence donc tout en douceur : petit exercice de dessin en ligne continue. Je viens de découvrir cette méthode de dessin étonnante développée par Betty Edwards (dessiner avec le cerveau droit) . Le but est de dessiner les objets par leur contour mais en considérant chaque élément segment par segment qui s’imbrique et avancer dans son dessin de la sorte et non par masse comme je le faisais jusque-là. C’est étonnant comme j’ai beaucoup plus de facilité à dessiner ainsi un amalgame d’objets ou un paysage. Je vous prépare une petite série d’exercices dans ce sens.

Mais c’est tout de même le weekend de la St Nicolas et comme le veut la tradition j’avais déposé devant ma porte une assiette avec une carotte et un bol d’eau pour rassasier l’âne de St Nicolas lors de son passage. Il m’a, à la place, déposé chocolat, pain d’épices, et mandarines, que bien évidement je croque….

mise en page de croquis de st Nicolas en chocolat paquet cadeau et morceau pain d'épicescomposition mise en page chocolat chaud crémeux et recette du pain d'épices

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

et une mise en page en appel une autre et comme très souvent une tasse  de thé remplace une tasse de café, ou un chocolat chaud  pour  finir  couché sur le papier.

Et oui les tasses c’est mon sujet de prédilection, au stylo bille, au crayon à l’aquarelle, sur un coin de table, ou sujet d’une mise en page….

3 mises en page de tasse de café et une de thé

composition thème tasses techniques mixtes collage, aquarelle, stylo bille

 

et oui j’aime dessiner les tasses car quelque soit son contenu c’est toujours synonyme de bien être soit parce que c’est ‘un moment de détente, de plaisir, de partage entre amis. Je vous invite donc à partager un thé ou un café avec moi…

et si le cœur vous en dit me payer un café  en faisant acquisition d’une de mes planches de reproductions de tasses . Ou la cafetière entière si vous achetez  une aquarelle originale.

 

Bon, pour ceux qui seraient frustrés de ne pas avoir vu  Saint-Nicolas je vous mets l’intégralité du défilé aux meilleures places qui puissent être.

Nancy : le grand défilé de la Saint Nicolas

Le défilé de chars de la Saint-Nicolas arrive place Stanislas à Nancy. Merveilleux moment à partager.

Gepostet von France 3 Lorraine am Samstag, 2. Dezember 2017

 

00-Faire comme bon me semble

Bonjour mes petits Cro’ cœurs.

Aujourd’hui je me suis amusée avec mes aquarelles…j’ai joué avec la fluidité de l’eau pour que les couleurs se mélangent sur le papier,  je me suis prise au jeu des transparences, de l’interpénétration des couleurs. C’est ce qu’il y a de magique dans l’aquarelle. Dessiner une forme par la pointe du pinceau, lui faire prendre les courbes d’une feuille , y déposer une goutte de couleur et venir la chatouiller avec une teinte opposée et regarder…se délecter des couleurs qui dans la moiteur de  leur union mélangent leurs pigments pour enfanter d’autres teintes. Certaines s’épousent d’autres se chassent. Quelques traces de bougies dessinent  les branches d’un arbre tandis que les gouttelettes  d’encres glissent sans prise sur la paraphine .  Les puristes diront que je ne fais pas de l’aquarelle car je sature trop mes couleurs, car je ne travail pas suffisamment avec le blanc du papier, mais surtout parce que je cerne mes sujets….et ILS AURONT RAISON, MAIS JE M’EN MOQUE. Ce que je veux c’est ME FAIRE PLAISIR, c’est créer les choses comme je les ressens, ou simplement comme je suis capable de les réaliser.

Mon sujet aujourd’hui est : les jardins éphémères de la Place Stanislas à Nancy. Chaque année après les manifestations du livre sur la place (salon du livre qui ouvre la saison littéraire) les pavés qui entourent la statue de Stanislas sont recouverts pour une période d’environ un mois d’installations et de jardins. Mobilier en bois, fontaines, parcours de découverte…plantes et fleurs de toutes sortes s’offrent au regard d’un public beaucoup trop nombreux pour que j’ose m’installer avec mon matériel.

Donc je me suis bien promenée, j’en ai pris plein les yeux, plein les narines aussi à la recherche des effluves des fleurs, et j’ai fait quelques photos  et je suis rentrée pleine d’inspiration à la maison

.

Et là je me suis installée à ma table et j’ai sorti mon bloc à dessin le plus précieux…. Celui de Jean Scherbeck, pour certains d’entre vous ce nom est réputé. Dessinateur et illustrateur, nancéien il fut l’élève d’Emile Friant et de Henri Royer avec lequel il travailla en Bretagne jusqu’en 1935, pratiquant la peinture et le pastel. Il consacra pratiquement toute sa vie aux portraits surtout ceux d’hommes et de femmes d’un certain âge. Ces « Mâmiches  » de Lorraine sont célèbres mais sa renommée franchie les frontières de la région avec ses Gens de Bretagne  et Gens d’Alsace. Les portraits il n’a pas fait que les dessiner il les  a photographiés aussi du côté de la rue Raymond Poincaré à Nancy. Des hommes les plus célèbres, aux niveaux nés  du voisinage, en passant par les GI’s qui ont libérés Nancy, peu de personnes ne sont pas passés à travers son objectif…

Vous comprendrez donc mon émotion quand Jean-Pierre son petit fils pour sauver ce bloc des gribouillis de ses jumelles me l’a offert. LE BLOC A DESSIN DE JEAN SCHERBECK, je n’ose même pas y toucher. Pendant plusieurs jours il est resté religieusement posé sur mon fauteuil, comme si c’était  lui qui était là. Je ne pouvais me résoudre à utiliser ce bloc et en même temps il ne cessait de me donner l’envie de le tester rien que pour voir ce que ça fait. Et là j’ai vu, plutôt j’ai senti , ma main qui dansait sur la feuille. Chaque trait, chaque touche, se posait avec justesse  j’étais en transe…. pour moi Jean Scherbeck était présent dans ce bloc de papier. Il guidait mon trait, il dessinait avec moi. Pour preuve  ce portrait au fusain que j’y ai réalisé….. Jamais je n’avais dessiné de la sorte, alors  je ne sais pas ce que vous en pensez, mais pour moi c’est une évidence….il était là.

 

 

EnregistrerEnregistrer