#15 Transfert de photo au vernis et mise en page

Encore des trucs & des astuces, transfert au vernis

 

Bonjour petit cro’coeur,

De mieux en mieux,  j’ai vu des pages vraiment magnifiques. Mais quand je dis cela je ne parle pas que des pages des cro’coeurs déjà expérimentés mais de ceux qui de plus en plus nombreux se jettent à l’eau.

Donc parmi ces très jolies pages j’ai pu découvrir quelques trucs & astuces que je ne connaissais pas. Donc pour ceux qui ne se seraient pas inscrits sur le groupe facebook ou pour ceux  à qui  certains commentaires auraient échappés, je vais faire un petit résumé.

Tout d’abord nous avons découvert le transfert de photo.  J’ai testé pour vous .

Côté matériel comme d’habitude j’ai un budget super serré donc les vernis colle à 8/10 euros le pot …. pour faire des essais :  moyen. Du coup j’ai acheté chez ACTION (mon magasin magique où je trouve plein de truc pas cher)  un vernis ultra mat à 1.99 € les 250 ml

Pour faire mon test j’ai découpé une image dans un prospectus publicitaire (impression standard sur papier 90 gr satiné ) bref une pub.  J’ai pu lire que certaines d’entre vous réimprimaient leurs images car elles avaient des soucis avec les transferts images de magazines mais à cette condition il faut que ce soit de l’impression laser. Je ne sais pas si c’est le vernis ou le papier du prospectus mais je n’ai eu aucun problème.

Bref il vous faut :  du vernis, une page de magazine (ici un bateau de pêche pub de Aldi de cette semaine au cas ou ça vous intéresse), une éponge humide avec un côté gratte gratte, une feuille pour recevoir le transfert.), un pinceau brosse.

  • Vous badigeonnez côté visuel la photo que vous souhaitez transférer, avec le vernis. Il faut aller suffisamment vite pour que le papier ne détrempe pas le temps que vous le manipulez.
  • Faites attention à ne pas mettre de vernis sur le verso de votre photo car cela imperméabiliserait le papier.
  • Déposer votre image côté colle sur votre support qui doit être parfaitement sec.
  • Appliquez avec les doigts pour chasser les bulles d’air, les plis et lisser le plus possible. Si vous ne souhaitez pas avoir un effet trop image plaquée je vous conseille de déchirer les bords de l’image ou ne pas plaquer partout les bords de l’image.

Faites bouillir de l’eau, sortez une tasse  et faites vous un bon  thé pendant que le vernis sèche. Si l’eau est trop chaude vous pouvez toujours dessiner votre tasse sur un coin de feuille en attendant que votre breuvage soit à bonne température.

  • Une fois votre assemblage parfaitement sec, arrachez les bords qui ne sont pas collés.
  • Prenez une éponge gratte-gratte humide et frottez doucement en partant du centre le dos de votre image. Dès que le papier se délite en petites boulettes faites les rouler sous vos doigts pour les éliminer. Recommencer l’opération jusqu’à ce que vous ayez enlever tout le papier. L’encre d’impression encapsulée dans le vernis va rester sur votre support alors que vous retirez le papier, et apparaît votre transfert.
  • Attention de ne pas râper trop fort  et ne pas dépasser votre zone de vernis car vous risqueriez d’abîmer votre support.

Plus il y aura de blanc et zones claires dans votre photo plus votre transfert aura l’effet d’un pochoir et laissera apparaître le support porteur par transparence.

Vous pouvez aussi jouer avec des textes mais ils seront alors à l’envers ce qui peut faire un très bel effet graphique ou de texture  mais attention vous ne pourrez plus aquareller ou colorier là où vous avez eu de la colle. Donc bien choisir le moment où vous faites votre transfert.

Vous avez également la possibilité d’utiliser les empreintes que peuvent vous laisser une éponge, un morceau de plastique bulle, une  boulette de papier froissé que vous tremperez dans de l’encre ou aquarelle très pigmentée. Mais vous pouvez tester ces expériences avec tout ce qui peut avoir une texture carton ondulé,  morceau de tapisserie avec du relief.

Dans la page ci-dessous j’ai fait un mélange entre dessin, collage, transfert, empreinte mais où et comment ?

  • Pour cette page j’ai travaillé sur une page de papier recyclé gris. Comme il pompe beaucoup l’eau  et se déforme je l’ai fixé sur ma planche par du kraft gommé pour que le papier reste plane.
  • Ensuite avec beaucoup de patience je me suis amusée à dessiner les mailles de la nasse au stylo bille. Pour ce qui est du cordage j’ai fait un grand serpent au feutre gouache blanc (Posca)sur lequel j’ai retracé au bille des  » s écrasés » pour traduire la torsade de la corde.
  • J’ai ensuite collé un morceau de carte routière avec une grande partie  de mer qui sur ma mise en page me servira de ciel.Une fois mon collage bien sec sur ma ligne d’horizon j’ai utilisé le système du transfert de photo pour ajouter le bateau de pêche. Il vient à cheval sur le morceau de carte et sur le dessin de mon quai que l’on voit encore par transparence.
  • Comme j’ai fait quelques trous dans le papier avec mon éponge gratte gratte j’ajoute au feutre gouache quelques mouettes dans le ciel pour dissiper le regard.
  • Sur la partie gauche de la page après mon aplat de bleu je tamponne  avec un chiffon imbibé de couleurs de la mer pour faire une sorte de vague qui frappe le bord de ma page.
  • Et j’ai ajouter mon texte explicatif en bas de page.

Pour le défi  de cette semaine je vous propose de faire  une  page sur laquelle il y a un morceau de carte routière en fond, une image que vous aurez traitée en transfert, 2 rectangles au choix de paysages de vos essais de traitement de l’eau de la semaine dernière, pour remplacer le dessin de la nasse ; et un travail de matière pour faire le lien entre vous 2 rectangles.

Alors maintenant à vous de jouer. Comme d’habitude on se retrouvent sur le groupe facebook atelier-carnet de voyage pour soumettre  le résultat, alors jetez-vous à l’eau!

 

#15-tutoriel faire une page dedans / dehors

Bonjour petit cro’coeur

Ce tutoriel a pour but de vous montrer comment faire une mise en page sur un espace dedans dehors avec une découpe de fenêtre en volume et l’incrustation d’une illustration en arrière plan. Pour ma part j’ai choisi une petite aquarelle de paysage  d’un format de 10×15 cm environ.

 

 

 

J’ai récupéré dans un catalogue une jolie image de coin cosy avec canapé pour mettre une petite ambiance douce en bas de ma page.  Je l’ai collée à la colle blanche que j’ai étalée au pinceau puis une fois mise en place bien lissée avec une carte en plastique type CB.   Attention cette image ne doit pas faire plus de 12 cm de haut pour ne pas se retrouver dans la découpe de ma fenêtre. Mais bien évidemment  vous pouvez vous essayer à  dessiner votre intérieur

Juste au dessus de ce collage  je pose la feuille sur laquelle se trouve mon  aquarelle de  paysage  et trace au crayon de papier les 4 angles.

A 5 mm à l’intérieur de ces angles  dessinez une fenêtre à 4 ventaux, vous pouvez déjà la dessiner au crayon de papier et à la règle pour avoir des lignes droites et proportions justes. Une fois votre fenêtre dessinée vous la retracée en ligne plus ou moins continues à main levée au feutre fin permanent (type steadler)

 

Chose faite colorez à votre goût les menuiseries de votre fenêtre.

Le décor étant maintenant planté , on sent la lumière qui entre dans la pièce. Cela tombe bien car le but de ma page est de dire que c’est le printemps mais que je suis confinée . Et même temps que c’est le changement horaire ce week-end . Sur la partie haute de la page je dessine au feutre quelques cadrans d’horloges. Perso j’ai utilisé  les pochoirs que je fabrique.

 

Je viens ajouter en texte le message que je souhaite faire passer

Chose faite je découpe au cutter les vitres de ma fenêtre à main levée suivant les tracés au feutre. Pour ne pas trop fragiliser le papier ne s’ouvrent que les ventraux centraux. A l’aide d’une règle je découpe le haut et bas de la fenêtre centrale ainsi que l’ouverture centrale verticale. Je pose ma règle sur les 2 montants verticaux pour soulever chaque ventail sans le déchirer.

Il ne me reste alors plus qu’à venir coller au verso de ma feuille l’aquarelle de mon image printanière que je vois à travers ma fenêtre.

 

Et là surprise l’hiver qui s’est fait attendre pointe seulement son nez. Les giboulées de mars laissent un manteau blanc qui couvrent le temps que le soleil parviennent à le faire fondre les paysages et la nature en pleine éclosion…Pourtant déjà aux premières heures du matin j’entends les oiseaux qui gazouillent et se bisouillent au creux des branches.

Quoi qu’il en soit, pluie, neige ou soleil le printemps et là et ce soir c’est le changement horaire, demain nous gagnerons une heure de lumière à défaut de pouvoir librement nous promener.

Pour le défi de cette semaine je vais vous demandez vous aussi de me faire un dedans / dehors avec une mise en page. Vous pouvez reprendre les bases de ce tutoriel ou partir sur vos propres points de vues mais je souhaite que votre page comporte  :
– 1 collage ou transfert d’une image
– 1 découpe de fenêtre ou de porte fenêtre
– le message que vous souhaitez transmettre sous forme de titre ou d’illustration. Attention un texte ou un titre se travaille autant qu’un dessin ou qu’un croquis

Comme toujours vous pouvez partager vos créations sur le groupe facebook atelier-carnet de voyage que j’ai crée pour vous ou m ‘envoyer votre page par mail à carnetsdelaurence@gmail.com  

Alors bon week end à tous, la nuit sera courte et je vous dis à bientôt pour voir vos page set en discuter et n’hésitez pas si vous  aimé ces tutoriels à me laisser vos commentaires sur ce site.

PS : vous savez qu’il y a plein d’autres chose dans ce site à découvrir que ces tutos?

Petit cadeau en passant,  ma page de l’an passé sur le changement horaire… mais celui là je ne vous en ferai pas un tuto.

#14- Mise en pa(ysa)ge 4/4- jouer avec les textes

Composition et mise en page des petits croquis du tuto petits paysages

# 14 tuto composition avec mise en accent sur le texte

Bonjour petit cro’coeur,

Dernière situation : Pour cette mise en page j’ai souhaité mettre l’accent sur le graphisme de mon texte c’est lui qui est le point fort de ma page.

J’ai choisi un joli texte sur un coquillage. Du coup j’ai tracé des lignes sinueuses les unes en dessous des autres (comme des  ondes de l’eau) sur lesquelles j’ai écrit mon texte. Pour être sûre que mon texte soit  bien d’un bout à l’autre de mes lignes je l’ai déjà tracé au crayon de papier pour serrer ou écarter les lettres pour bien les faire coïncider avec la longueur de mes lignes.

J’ai utilisé une police simple peu large et étirée en hauteur. Je garde la largeur de mes lettres constante je ne joue que sur la hauteur en fonction de l’espace entre les lignes.

Une fois mon texte bien positionné sur mes lignes au crayon de papier. Je les redessine avec 3 nuances de bleu pour bien différencier les lignes et faciliter la lecture. Je gomme les lignes qui m’ont servies de guide.

J’en écris un second pour réaliser le haut de ma mise en page. Je n’ai maintenant plus qu’a compléter mon texte avec une photo de plage trouvée dans un magazine touristique.

Je viens ajouter mon petit croquis de paysage de mer que j’ai traité en bleu et je compose de manière très épurée.

Voilà  vous venez de découvrir par ces 4 derniers tutoriels le rôle de la mise en page qui selon moi est essentielle à tout bon carnet de voyage qui se respecte. Alors souvent quand je lis qu’un carnet de voyage doit être uniquement réalisé sur le vif pour qu’il puisse être le reflet de ce que l’on veut y mettre je ne suis pas d’accord. En tous cas pour moi ce n’est pas ma manière de travailler.

Certaines personnes disent faire du carnet de voyage alors que je n’y vois que du carnet de dessins et croquis ou les mises en page consistent à une accumulation des dessins et croquis les uns contres les autres.

Vous avez découvert à travers ses quelques tutoriels quelle est ma conception de cet art du carnet de voyage. Qu’il soit au bout du monde, le fruit de rencontres, le reflet de votre quotidien, ce carnet restera toujours votre oeuvre et vous le traitez comme cela vous fait envie et plaisir. J’aime le voir comme un cahier d’histoires illustrées ou d’illustrations légendées. J’aime que le texte soit au service des images et que les images illustrent les histoires, c’est toujours un doux mélange entre les deux.

Les vacances approchent, les projets de voyages et carnets vous démangent les doigts alors exercez-vous avant de partir pour avoir tous les bagages suffisants lorsque vous serez sur le terrain.

Et si vous souhaitez recevoir mes tutoriels dans votre boite mail inscrivez-vous à mon infolettre

 

#13-Mise en pa(ysa)ge 3/4 – Composition verticale

Composition et mise en page des petits croquis  du tuto petits paysages ou représenter l’eau

#13 tuto composition verticale

Bonjour petit cro’coeur,

Cette fois encore je vais inventer une histoire à ma page. Avec des éléments qui se succèdent et tout comme dans la mise en page d’un texte, chaque image vient à la ligne comme un nouveau paragraphe.

3ème situation : le matin rêveuse, devant ma tasse de thé, je réfléchi à ce que je vais faire ce weekend.

Lire la suite #13-Mise en pa(ysa)ge 3/4 – Composition verticale

#12-Mise en pa(ysa)ge 2/4- composition pêle-mêle

Composition et mise en page des petits croquis de paysages du tuto #10

  #12-  Tuto mise en pa(ysa)ge 2/4  : composition pêle-mêle

Bonjour petit cro’coeur,

Alors qu’avez-vous pensé de l’exercice de la mise en page en linéaire horizontal. Vous vous êtes effectivement rendu compte que la position des éléments joue sur la compréhension d’une page. Dans le principe lorsque je fais une page de carnet c’est pour raconter quelque chose, une rencontre, une anecdote, une visite. Donc avant de créer une page je me pose toujours la question de ce que je veux dire. C’est pourquoi souvent lors de mes voyages je fais des croquis sur le vif mais surtout j’écris sur mon petit carnet l’histoire que je veux relater. Donc pour cette nouvelle mise en page je vous ai inventé une nouvelle situation.

Situation 2 : j’ai imaginé que mon compagnon n’emmène en voyage mais il veut me faire la surprise de la destination.

Lire la suite #12-Mise en pa(ysa)ge 2/4- composition pêle-mêle

#11-Mise en pa(ysa)ge 1/4 – Composition horizontale

 Mise en page et composition linéaire horizontale

Bonjour petit cro’coeur,

Vous avez été super  sur les différentes manières de traiter l’eau  vous pouvez également vous tester sur des croquis rapides avec le  tuto (petits paysages)  Alors vous avez vu que ce n’est pas si sorcier que cela. Ce type de petits paysages vous allez le retrouver un peu partout ou que vous soyez.  Pour beaucoup vous n’osez pas dessiner en public, ou parfois vous ne voyager pas seul et ne voulez pas gêner un groupe en vous posant une heure de temps à dessiner. Ce type de croquis est, vous l’avez vu, très rapide et ne demande qu’un minimum de matériel.  Il ne vous reste qu’à les adapter à la réalité du paysage que vous avez devant les yeux. Faites ce genre de petits croquis sur le vif dès que vous en avez l’occasion ils viendront apporter vie et authenticité à vos carnets de voyages.

Le but de mes tutoriels sont autant l’apprentissage des techniques graphiques que celles des mises en page qui pour moi sont indispensables à un bon carnet de voyage. C’est pourquoi souvent je fais des dessins sur le vif dans des petits carnets ou tout support papier qui me passe sous la main et réalise mes mises en page tranquille sur une table

Lire la suite #11-Mise en pa(ysa)ge 1/4 – Composition horizontale

#10-croquis rapides et petits paysages

#10- Petits paysages en quelques traits de crayon et 3 coups de pinceau

Bonjour petit cro’coeur,

Aujourd’hui je vais revenir un peu plus sur les bases du croquis.  Vous souhaitez faire des carnets de voyage donc inévitablement vous serez amené(e) à dessiner des paysages.
Vous visitez une région, vous passez des vacances agréables, vous partagez un moment entre amis ou en famille mais vous souhaitez immortaliser dans votre carnet de voyage ces jolis paysages.

Dans mon article Pourquoi faire un carnet je vous explique brièvement la manière dont je travaille. Croquis sur le vif, travail sur table, quoi y mettre,  comment l’organiser. Je vous invite à lire ses quelques lignes et revenir ici par la suite….

Déjà ! je n’ai même pas eu le temps de boire un café. Et bien c’est parti!  Je vous propose de réaliser quelques paysages monochromes en croquis rapides fait au crayon à encre soluble  qui prendront vie par quelques coups de pinceau bien posés. Nous nous occuperons  lors de mon prochain tuto de faire des variations sur mise en page de vos petits chefs d’oeuvre

En quelques coups de crayons vous souhaitez montrer que vous étiez à la mer, à la montagne, à la campagne ou en ville. Mais bien évidement vous n’allez pas sortir tout votre matériel et imposer à votre entourage de longs moments de pose.

Je vais vous montrer dans ce tutoriel comment faire en quelques minutes avec un minimum de matériel des jolis petits paysages évocateurs.

Pour ce tuto il vous faut :

  1.  Un stylo à encre qui se diffuse à l’eau , le V5 HI-TECPOINT de chez Pilote est parfait, il se trouve dans n’importe quelle papeterie, voir rayon de supermarché. Avant de courir en acheter un faite un tour dans vos stylos à encre et plume de bureau et faites des tests, si l’encre s’étale et bave  avec de l’eau c’est gagné.
  2. Un pinceau à réservoir d’eau, ceux de la marque Pentel sont les meilleurs , pointe agréable à la fois souple et avec du ressort. Jamais eu de fuite, ni la tête en bas, ni en avion.. Si vous n’en avez pas, un pinceau et un pot à eau feront l’affaire mais l’achat d’un pinceau à réservoir est un bon investissement
  3. Quelques feuilles de papier esquisse ( 100g/m²)

Sur une de vos feuilles vous tracez à main levée  10 rectangles 5×8 cm environs, pour réaliser 5 petits paysages (feuilles volantes en recto seul car nous les découperons lors de notre prochain tutoriel)

Astuce : Je vous propose de dessiner chaque paysage 2 fois ainsi vous pourrez faire des tests de traitements à l’eau différents.

Le voyage peut commencer! Au détour d’une route vous avez certainement rencontré ce paysage d’un clocher au cœur d’un village sur la ligne d’horizon. Ce sera notre premier rectangle

D’un trait vif et rapide vous faites des allers retours à mi hauteur de votre cadre. tous les traits et gestes utilisés sont ceux que vous avez expérimentez dans les tutos 1 , 2 et 3  Pour l’église  : 2 rectangles et une pointe pour le clocher, un trapèze pour le toit de la nef, quelques gribouillis très libres pour le reste du village. Maisons, arbres? Je ne sais pas je suis trop loin pour savoir donc je n’invente pas je fais une masse. 2 traits discontinus en courbe pour faire la route qui nous mène vers ce village. Vous ne devez pas mettre plus d’1 minute pour faire ce petit paysage, il doit être vif et spontané

Astuce : Comme vous avez utilisé un crayon à encre soluble vous allez pouvoir maintenant faire un joli effet aquarellé en camaïeu de gris, juste avec de l’eau claire sur un pinceau

Vous passez votre pinceau  imbibé d’eau ou votre pinceau à réservoir sur les traits au dessus de  l’horizon, de suite l’encre se met à baver et fait un jus gris. Par le geste du pinceau vous tirez ce jus vers le haut du cadre pour faire  votre ciel. Vous passez ensuite à la ligne haute de votre cadre pour poursuivre votre ciel. Pensez à laisser des zones sèches dans votre ciel pour lui donner vie et rendre les effets des nuages.

Vous attaquez maintenant le premier plan en tirant l’encre au pinceau sur la partie droite du chemin. Pour accentuer les gris et donner un peu plus de matière au chemin, vous pouvez alors que le papier est mouillé, ajouter quelques traits au stylo sur le chemin, qui de suite vont fuser sous l’effet de l’eau. Vous allez maintenant réaliser la partie gauche de la route.

Attention pour donner du relief à mon paysage j’ai laisser une zone blanche entre ma ligne d’horizon et le champ qui se trouve à gauche de la route.

Et voilà votre petit village en 3 coups de crayons et quelques coups de pinceau, Alors heureux petit cro’coeur?

Nous partons désormais côté mer.  Dans le premier plan la mer agitée, sur l’horizon quelques rochers surmontés d’un phare. Votre trait doit être tout aussi vif et rapide  que sur votre précédent croquis, pas plus d’une minute

Quelques hachures ici et là qui vont nous permettre de rendre l’effet des vagues

Pour le phare je donne un coup de pinceau vertical sur le côté droit, pour laisser la partie gauche blanche ce qui donne la forme cylindrique du corps de mon phare  

je rajoute un peu de crayon sur ma ligne d’horizon encore mouillée pour refaire un jus gris sur mon pinceau avec lequel je fais mon ciel en faisant attention à laisser en zone sèche et blanche le faisceau lumineux du phare.

Maintenant que vous avez compris le principe je vous laisse faire de même avec les paysages suivants. N’ayez pas d’hésitation vous avez toujours votre seconde case pour recommencer si vous n’êtes pas satisfait du résultat.

Petit tour en ville. Vous pouvez voir que je n’ai pas cherché à représenter une à une les maisons mais je les ai suggérées par une ligne brisée comme une suite de toits, de cheminées et de façades sans distinctions. Quelques hachures ici et là pour les ombres et toitures. J’ai refais quelques traits au crayon sur le papier mouillé pour accentuer le gris de certaines zones

Changement d’horizon et passons à la montagne

 

Et pour finir une promenons nous dans les champs

Vous voici donc parés pour la réalisation de n’importe quel paysage, que vous soyez, mer , montagne ou campagne.

J’espère que ce tutoriel vous aura plu. Que vous soyez déjà adepte de l’aquarelle ou débutant donnez moi votre avis.

Deux défis cette semaine :

  1. Refaire cette page pour ceux qui souhaitent  se  laissent tenter par le croquis rapide
  2. Pour  les cro’coeurs aguéris, me faire des propositions d’autres petits paysages selon les mêmes techniques et formats car la semaine prochaine nous ferons des variations de mises en page à partir de ce petit monde

A vous maintenant de me faire voyager.  vous n’avez plus qu’à me montrer le résultat sur le groupe facebook atelier carnet de voyage (cliquer sur le lien) que j’ai crée spécialement pour partager ensemble nos pages et astuces.

#09-J’ai testé pour vous le paysage de neige uniquement à l’aquarelle

Coucou mes petits cro’cœurs,

Cette semaine un peu partout en France la neige est tombée. Dans beaucoup de régions ce fut la panique, le froid, la neige, le verglas… les routes pas déneigée,s les gens  non équipés veulent absolument prendre la route et résultat en bons Français ils râlent lorsqu’ils passent de heures coincés sur les routes dans leurs voitures.

Et bien moi je suis allée à pied, les joues rouges et les yeux grands ouverts.  Par temps de neige le calme règne, tous les bruits sont étouffés alors je suis allée écouter la nature, là où il n’y a pas de touristes, juste un petit chemin de campagne entre deux chemins. Quelques photos pour bloc note et hop de retour à la maison je m’y mets

Sandrine me demandais cette semaine comment dessiner la neige… du coup j’ai testé et voilà le résultat.   Vous savez que je ne suis pas du tout une puriste de l’aquarelle. Je l’utilise souvent plus pour colorer mes croquis que réellement pour peindre. Mais bon j’ai testé.

Sur du vrai papier aquarelle, Hahnemülhe Moulin du coq rouge 325gr, ( c’était mon anniversaire il n’y a pas longtemps…. ) Et là moi aussi j’ai eu le stress de la feuille blanche….oooouuhh a peur. Mais bon je me suis lancée.

Comme d’habitude je me prépare un peu de couleur dans ma palette que je ne lave jamais, Je n’ai d’ailleurs pour cette aquarelle utilisé que ce qui se trouve dans cette assiette.

Mon matériel  :

  • un pinceau plat 3/4  dite brosse à lavis,
  • un pinceau rond  n°6,
  • un pinceau rond n° 2,
  • un scalpel
  • un chiffon

 

A grands coups de pinceau plat  j’ai mouillé la surface de ma feuille à l’eau claire.   Avec  ce même pinceau je pose à grand mouvements horizontaux  un jus léger gris chaud dans la partie haute de ma feuille.  Sans rincer mon pinceau  je viens le mélanger dans un jus bleu de Prusse très léger et descends dans le bas de ma feuille.

Avec le pinceau rond 6 je cueille du gris mélangé avec un peu de sienne brûlée toujours en jus léger je pose quelques virgules pour faire  la masse floconneuse des arbres. Le pinceau encore rempli de pigments gris/ brun je l’assèche légèrement sur un chiffon et tire une ligne  vers la gauche que je double jusqu’à mi parcours et plante quelques piquets verticalement

Avec cette même couleur mais un peu plus dense et au pinceau 2  j’ajoute quelques taches  comme des ombres dans la neige, et redessine les troncs des arbres dans le bosquet . J’ajoute un peu de bleu de Prusse et fonce le traits de ma barrière du haute et prolonge celle du bas.

J’ajoute un peu de terre de sienne dans la barrière pour lui donner vie et réhausse le bosquet.

Et j’aurai pu en rester là…. Mais je ne sais pas pourquoi j’ai voulu essayé de projeter des gouttes d’eau ( comme quand vous vous secouez les mains après les avoir lavées) et c’est trop tard….

Certes cela donne un côté beaucoup plus vivant à la scène mais tout est un peu lavé. Les spécialistes de l’aquarelle me diront ce que j’ai fait. Trop tôt, pas assez sec, ou  peut être le résultat normal ;  je ne saurais que dire. Il faut donc maintenant faire avec. Je laisse un peu sécher et reviens sur mes barrières comme déjà fait et débute celle du côté droit du chemin.

Je place en milieu de premier plan un piquet plus gros avec mon pinceau  6 fait de noir, de terre de sienne brûlée et de bleu de Prusse et remonte sans rincer mon pinceau ni ajouter de pigment vers le bosquet. Je rajoute un peu de relief aux arbres du bosquet en fonçant bien le sous bois et quelques nuances dans les branches.  Je viens ensuite avec mon pinceau bien mouillé tirer les ombres de mes piquets verticaux . Trace l’ombre des barrières horizontales que je  viens les fondre à l’eau pour un résultat plus vaporeux.

Bon maintenant je vais me faire offrir le café chez la petite mamie du rez de chaussée. Il faut que ça sèche….

 C’est parfaitement sec, avec mon scalpel (ou pointe de cutter à défaut)  je viens gratter la surface du papier pour revenir au blanc du papier. Cela un peu plus de vie à ma barrière et traduit la neige posée en équilibre. Ajouter quelques brins d’herbe ici et là…

Prenez du recul et regardez.  ça vous plait? c’est moi qui l’ai fait…

Bon et bien voilà ma première  » tout aquarelle ».  C’était sympa à faire,  je vous invite à essayer et me montrer le résultat. Bien évidement j’attends également les critiques, trucs et astuces des aquarellistes chevronnés.  Comme d’habitude on se retrouve soit par mail carnetsdelaurence@gmail.com soit sur le groupe face de bouc

La prochaine fois on va retravailler un peu le paysage de neige mais on va faire une mise en  page de carnet.

Allez bisous mes cro’ cœurs à tout bientôt

 

#tuto 8-composition fond aquarelle et texte

 

Composition et mise en page d’une nature morte à la pomme.

Composition campagnarde sur fond en aquarelle et texte

Bonjour petit cro’coeur,

Vous avez été nombreux à apprécier ma page « Plaisirs campagnards »

Je vous en ai donc fait ce tutoriel dans lequel je vous montre comment de manière très simple faire un fond de page, puis l’utiliser en toute liberté et bien évidement mes petits secrets de mise en page.

C’est parti.

Vous avez besoin de :

  • un sac plastique, réutilisable à volonté
  • encres à dessin ou aquarelles ; personnellement je n’ai que les 3 couleurs primaires +1 noir et sienne à partir de cela je fais toutes mes couleurs.
  • Une tasse avec son café, quelques pommes, un couteau
  • une brosse plate, un pinceau moyen, un stylo bille, un feutre gouache blanc type Posca
  • une éponge blanche magique de Monsieur propre
  • un pochoir « typo café »
  • une feuille A4 de papier dessin. Si vous l’humidifier recto verso et fixez sur votre planche à dessin avec du kraft gommé ou du scotch pour peintre une feuilles 180 gr peut largement suffire… faire sécher elle va se tendre et plus de soucis de feuille qui gondole. J’ai toujours une feuille d’avance tendue qui m’attend .

Etape 1 : préparation du fond

Sur mon sac plastique je dépose de manière éparse quelques gouttes bien concentrées d’aquarelles aux couleurs d’automne : vert, jaune doré, rouge carmen, sienne et ce totalement au hasard. Je retourne ce plastique et vient le disposer sur ma feuille. Avec les doigts je fais adhérer le plastique à la feuille en faisant migrer les couleurs

Faire attention à ne pas trop les mélanger pour regarder des couleurs franches et propres. Lorsque le résultat me convient je retire délicatement le plastique.

Etape 2 : Je compose ma nature morte.

Un point haut dans le fond à droite (la tasse), un premier plan (le couteau) quelques objets disposés de manière naturelle ( mes pommes de couleurs différentes, coupées ou non) le tout sur une planche en bois pour créer un ensemble.

Etape 3 : Maintenant positionnons nous sur la page.

Je choisi une composition en triangle( pomme coupée en 2 à gauche / anse de la tasse à droite/ angle de la planche. Comme ce triangle pointe vers le bas, pour que ma construction ne « tombe » pas et permettre au regard de rester à l’intérieur de la page, je positionne mon couteau pointé dans l’autre sens en premier plan pour fermer la page alors que l ‘angle de la planche nous invite à observer le contenu qui s’y trouve.

Etape 4 : Mise en page

De suite sur la gauche j’ai placé des petits angles pour réserver l’espace dans lequel je vais écrire mon texte. Du coup le dessin de ma pomme est coupé en angle .

Etape 5 : la mise en couleur.

Je commence à aquareller ma tasse en prenant garde de faire jouer la lumière sur le vernis de la céramique. Je me moque totalement des couleurs de fond qui couvrent ma page, j’ajoute le rouge de ma tasse sur le fond existant et laisse en réserve les motifs sur ma tasse . Pour donner plus de vie et de volume à ma tasse je mélange le rouge carmen au sienne  pour donner les ombres de l’intérieur et du cul de la tasse et ajoute du bleu complémentaire du rouge à l’ombre de mon anse et du pied

Par contre lorsque je souhaite faire le rendu de ma pomme coupée une tache verte, trop forte, me gène. A l’aide d’un morceau d’éponge magique très légèrement humide je viens essuyer la surface de l’aquarelle pour laisser remonter le blanc de mon papier. Je peux également l’accentuer en utilisant un feutre gouache blanc.

Astuce : vous pouvez utiliser cette éponge magique lorsque vous avez fait une tache d’aquarelle que vous souhaitez faire disparaître. Mais attention de ne pas trop frotter votre papier vous risquez de le faire pelucher. Alors c’est magique hein ?

Etape 6 : je poursuis la mise en couleur en observant bien les ombres.

Ce sont elles qui donnent le côté vivant et les volumes de mes formes, que je vais traiter en noir coloré. Si vous observez bien les ombres portées d’un objet vous pouvez remarquez qu’il est difficile de voir ou fini l’objet et où commence son ombre. La couleur de la pomme se projette sur la planche et l’ombre remonte sur la pomme. Le passage se fait en reflet de l’un sur l’autre.

Etape 7 : pause café

Tant que mon café est encore chaud j’en bois tranquillement quelques gorgées, mais pas tout surtout, pendant que le tout sèche.

Chose faite avec ma brosse plate je viens avec le café faire la couleur chaire de mes pommes mais également celle du bois de ma planche. Je passe une ou 2 couches pour obtenir un effet plus ou moins soutenu.

Astuce j’ai en permanence dans mes affaires un petit flacon de café ( vieux reste de cafetière ou café froid non but que je ne jette surtout pas) il me sert pour colorer mes bâtiments en pierre, traduire la couleur de la peau, faire des fonds légers etc. L’avantage j’ai toujours une couleur constante tout au long d’un carnet

Etape 8 : Amélioration des tracés.

A l’aide du stylo bille noire je retrace certaines formes pour leur donner plus de finesse et de précision. J’estompe certaines le marrons de fond entre mes 2 pommes à gauche avec le posca blanc. A cette étape ma construction de page ne me convient pas. Si je viens écrire mon texte dans le cadre en  coin gauche comme prévu je vais avoir trop d’éléments en pieds de page qui vont tasser toute ma page. Je viens donc exploser quelques gouttes d’encre à l’opposé de mon couteau. J’ajoute du noir bleuté autour de ma tasse pour donner une ambiance autour de cette scène et jouer par la diagonale avec mon texte, mais cela ne me satisfait pas. Initialement je souhaitais l’écrire dans un carré en bas gauche. Mais rapidement je juge plus intéressant d’écrire sur une colonne entière.

Composition et mise en page d’une nature morte à la pomme.Etape 9: Ecriture des textes

L’écriture tout comme le dessin se travaille.  Régulièrement je fais mes gammes avec des lignes d’alphabets comme j’étais petite à l’école, mais ici le but est de maîtriser de jolies lettres. Je trouve qu’il n’y a rien de pire que d’avoir une jolie illustration flanquée d’une légende ou d’un titre écrit n’importe comment avec une vilaine écriture….On est bien d’accord ce que vous aimez dans mes pages ce sont autant mes illustrations que mes mises en page de textes joliment écrits. Je ne vous demande pas forcement de faire de la calligraphie mais au moins quelques efforts. Et pour des jolis titres je vous propose la solution avec mes pochoirs de typos   j’en ai plus d’une quinzaine à vous proposer,  vous devriez trouver votre bonheur.

Quelques conseils pour l’usage de mes pochoirs : Toujours écrire au crayon de papier avant de retracer vos lettres au feutres car concentrer sur ce que vous faites vous risquez d’oublier une lettre…. Wouarf  pas moi… vous dites vous. Et bien si je peux vous dire que c’est déjà arrivé à tout le monde.

Prenons le cas présent, placer mon titre vertical de bas en haut  va rajouter à la dynamique de ma page. Après avoir tracé à la règle une ligne sur laquelle je vais dessiner mes lettres je commence à positionner le C du début et le S de fin. Ensuite je regarde où se trouve le milieu et vient positionner le G centre de mon mot puis je réparti régulièrement toutes les lettres entre de chaque côté. Une fois que la mise en place me convient je retrace mes lettres au feutre fin noir ou de couleur. attention si vous souhaitez utiliser mes pochoirs avec des encres ou aquarelle , humidifier à peine une éponge avec votre couleur et tamponner le pochoir. Si c’est trop mouillé le liquide passe sous le pochoir et fait un gros pâté…

Et bien voilà vous avez encore tous mes petits secrets donc à vous maintenant de faire.

Votre défi : me faire une jolie composition similaire dans les techniques proposées. Ne seront validées que les compositions qui comportent un joli travail de texte et de titre qui feront d’une simple page d’e croquis une véritable composition

Comme d’habitude je vous invite à poster votre travail sur le groupe facebook atelier carnet de voyage (cliquer sur le lien) pour partager vos impressions faire vos critiques constructives mais également me dire ce qui vous a posé problème. Ou me partager votre création par courriel à carnetsdelaurence@gmail.com

à tout bientôt….

 

#07- Représenter l’eau de différentes manières

#07 – Histoire d’eau. Comment traduire l’effet de l’eau de différentes manières

 

Bonjour petit cro’cœur,

L’EAU : que ce soit la  mer,  une rivière, un lac, une cascade, une fontaine, la pluie, l’eau plate, l’eau gazeuse, l’eau qui coule, l’eau qui stagne, les inondations… si vous souhaitez pratiquer le carnet de voyage forcément à un moment ou un autre vous serez confronté à sa représentation.

Tout comme il y a 1001 façons d’être mouillé, il y a autant de façons de  représenter l’eau. Je vais vous présenter ici quelques moyens soit de traduire l’eau, soit d’en faire le rendu, et comme d’habitude vous allez voir qu’avec quelques trucs et astuces on parvient tout à fait à rendre ses effets.

Lire la suite #07- Représenter l’eau de différentes manières