J’ai testé pour vous le paysage de neige uniquement à l’aquarelle

Coucou mes petits cro’cœurs,

Cette semaine un peu partout en France la neige est tombée. Dans beaucoup de régions ce fut la panique, le froid, la neige, le verglas… les routes pas déneigée,s les gens  non équipés veulent absolument prendre la route et résultat en bons Français ils râlent lorsqu’ils passent de heures coincés sur les routes dans leurs voitures.

Et bien moi je suis allée à pied, les joues rouges et les yeux grands ouverts.  Par temps de neige le calme règne, tous les bruits sont étouffés alors je suis allée écouter la nature, là où il n’y a pas de touristes, juste un petit chemin de campagne entre deux chemins. Quelques photos pour bloc note et hop de retour à la maison je m’y mets

Sandrine me demandais cette semaine comment dessiner la neige… du coup j’ai testé et voilà le résultat.   Vous savez que je ne suis pas du tout une puriste de l’aquarelle. Je l’utilise souvent plus pour colorer mes croquis que réellement pour peindre. Mais bon j’ai testé.

Sur du vrai papier aquarelle, Hahnemülhe Moulin du coq rouge 325gr, ( c’était mon anniversaire il n’y a pas longtemps…. ) Et là moi aussi j’ai eu le stress de la feuille blanche….oooouuhh a peur. Mais bon je me suis lancée.

Comme d’habitude je me prépare un peu de couleur dans ma palette que je ne lave jamais, Je n’ai d’ailleurs pour cette aquarelle utilisé que ce qui se trouve dans cette assiette.

Mon matériel  :

  • un pinceau plat 3/4  dite brosse à lavis,
  • un pinceau rond  n°6,
  • un pinceau rond n° 2,
  • un scalpel
  • un chiffon

 

A grands coups de pinceau plat  j’ai mouillé la surface de ma feuille à l’eau claire.   Avec  ce même pinceau je pose à grand mouvements horizontaux  un jus léger gris chaud dans la partie haute de ma feuille.  Sans rincer mon pinceau  je viens le mélanger dans un jus bleu de Prusse très léger et descends dans le bas de ma feuille.

Avec le pinceau rond 6 je cueille du gris mélangé avec un peu de sienne brûlée toujours en jus léger je pose quelques virgules pour faire  la masse floconneuse des arbres. Le pinceau encore rempli de pigments gris/ brun je l’assèche légèrement sur un chiffon et tire une ligne  vers la gauche que je double jusqu’à mi parcours et plante quelques piquets verticalement

Avec cette même couleur mais un peu plus dense et au pinceau 2  j’ajoute quelques taches  comme des ombres dans la neige, et redessine les troncs des arbres dans le bosquet . J’ajoute un peu de bleu de Prusse et fonce le traits de ma barrière du haute et prolonge celle du bas.

J’ajoute un peu de terre de sienne dans la barrière pour lui donner vie et réhausse le bosquet.

Et j’aurai pu en rester là…. Mais je ne sais pas pourquoi j’ai voulu essayé de projeter des gouttes d’eau ( comme quand vous vous secouez les mains après les avoir lavées) et c’est trop tard….

Certes cela donne un côté beaucoup plus vivant à la scène mais tout est un peu lavé. Les spécialistes de l’aquarelle me diront ce que j’ai fait. Trop tôt, pas assez sec, ou  peut être le résultat normal ;  je ne saurais que dire. Il faut donc maintenant faire avec. Je laisse un peu sécher et reviens sur mes barrières comme déjà fait et débute celle du côté droit du chemin.

Je place en milieu de premier plan un piquet plus gros avec mon pinceau  6 fait de noir, de terre de sienne brûlée et de bleu de Prusse et remonte sans rincer mon pinceau ni ajouter de pigment vers le bosquet. Je rajoute un peu de relief aux arbres du bosquet en fonçant bien le sous bois et quelques nuances dans les branches.  Je viens ensuite avec mon pinceau bien mouillé tirer les ombres de mes piquets verticaux . Trace l’ombre des barrières horizontales que je  viens les fondre à l’eau pour un résultat plus vaporeux.

Bon maintenant je vais me faire offrir le café chez la petite mamie du rez de chaussée. Il faut que ça sèche….

 C’est parfaitement sec, avec mon scalpel (ou pointe de cutter à défaut)  je viens gratter la surface du papier pour revenir au blanc du papier. Cela un peu plus de vie à ma barrière et traduit la neige posée en équilibre. Ajouter quelques brins d’herbe ici et là…

Prenez du recul et regardez.  ça vous plait? c’est moi qui l’ai fait…

Bon et bien voilà ma première  » tout aquarelle ».  C’était sympa à faire,  je vous invite à essayer et me montrer le résultat. Bien évidement j’attends également les critiques, trucs et astuces des aquarellistes chevronnés.  Comme d’habitude on se retrouve soit par mail carnetsdelaurence@gmail.com soit sur le groupe face de bouc

La prochaine fois on va retravailler un peu le paysage de neige mais on va faire une mise en  page de carnet.

Allez bisous mes cro’ cœurs à tout bientôt

 

#9 -Gestes de base pour pratique du carnet de voyage – pas à pas page aquatique

Pas à pas aquarelle aquatique et mise en page

Bonjour petit cro’coeur,

Aujourd’hui je vais revenir un peu plus aux bases. Certains de nos amis cro’coeurs m’ont demandé de revenir un peu plus sur les techniques de l’aquarelle. Voici donc un tuto qui mélange à la fois technique et mise en page.

Le résultat final sera celui-ci. Comme nous allons beaucoup mouiller la feuille pour cet exercice  je vous conseille de tendre votre feuille à dessin ou prendre un papier  aquarelle

 

Mais si vous aussi vous allez y arriver ! Même pas peur

Astuce pour des feuilles toujours planes !
Feuille collée sur une planche avec du kraft gommé

Lorsque nous avons commencé ces tutos je vous disais que je travaillais sur du papier dessin pour classeur 120gr . Autant dire que cela ne se comporte pas comme une belle feuille de papier chiffon 350 gr et pourtant… Voici le truc pour que votre papier reste plane et  pouvoir peindre à l’aquarelle et faire des collages qui ne gondolent pas.

Il vous faut :
– un rouleau de kraft gommé largeur 3 ou 4 cm
– une feuille de papier dessin A4
– une éponge mouillée
– Une planche de bois ou contreplaqué épaisseur mini 15mm,  un peu plus grande que votre papier . Attention de bien prendre une planche du vrai bois en surface, pas d’aggloméré, medium ou panneau de particule car cela ne supporte pas l’eau.

Si vous ne savez pas ce qu’est du kratf gommé c’est  du papier kraft brun ou blanc vendu en rouleau très, très, très long ( je traîne le mien depuis les Beaux Arts ) qui au dos comme les vieux timbres que l’on lèche est enduit de colle au verso. Elle convient sur tout type de papier.

La méthode est simple :

1- Découper à la longueur 4 morceaux de kraft de 4 cm plus longs que vos cotés de feuille.
2- Avec votre éponge bien imbibée,  humidifier votre feuille des deux côtés. Bien le faire des deux côtés sinon votre feuille va s’enroulée sur elle même.
3-  Poser sur votre planche à dessin, lisser des 2 mains pour chasser l’air. Coller une par une vos bandes de kraft  haut, bas puis gauche droite le kraft gommé à cheval sur la planche et sur votre feuille. Le kraft ne doit pas être trop mouillé pour ne pas diluer la colle mais assez pour résister à la traction du papier qui sèche, comme un timbre avec votre langue)

Attention une fois collé sur  votre feuille vous ne pourrez plus retirer ce kraft donc veillez à le poser droit pour une fois fini  faire une sorte de cadre ou venir découper à l’intérieur.

4- Appliquer  bien le kraft en le lissant avec le pouce pour que la colle pénètre bien la feuille et le bois de la planche.
5- Laisser sécher naturellement ou avec un sèche cheveux, voilà votre feuille de papier est tendue. Vous pouvez la mouiller, la coller elle ne bougera pas. Une fois votre création terminée et votre travail bien sec il ne vous restera plus qu’à la découper au cutter

Sinon prenez une feuille de papier aquarelle

Tout d’abord nous allons plantez le décor.

Pour cet exercice j’ai utilisé ma feuille verticalement.  Mes rectangles coloriés à l’aquarelle  font respectivement 11×8 cm ( à 5 cm et 1.5 cm de l’angle en  haut  à gauche) pour les nénuphars et 8×9 cm (à 3 et 2 cm du bas de ma feuille) pour les poissons. Je vous conseille de tracer des petites croix aux angles de vos rectangles pour bien vous repérer dans votre feuille et vous aidez à garder vos proportions.

 

Tout comme dans le tuto #4   avec votre banane vous allez dessiner par le contour.  Vous pouvez dessiner au crayon si vous n’êtes pas sûre de vous à condition de ne gommer vos mauvais traits qu’après avoir dessiné les bons. Commencez par  un bout, puis segment par segment avancez pour définir la bonne courbe des feuilles des nénuphars

 

Vue finale du dessin des nénuphars

Alors tout va bien?
Nous allons maintenant attaquer les carpes

 

Vous travaillez toujours segment par segment en partant de la gauche  du bout de la queue puis la courbe du corps jusqu’à la base de l’œil, ajouter la nageoire. Reprendre le demi-cercle de l’œil la contre courbe du museau, le petit v de la bouche, le grand J de la mâchoire et de l’ouïe… et ainsi de suite.

Astuces  : Ces poissons et ces nénuphars sont à la base issus de 2 images totalement différentes pour faire une liaison entre les 2 je crée des tiges imaginaires à mes nénuphars qui viennent entrelacer les poissons

 

Terminez par le tracé de vos rectangles en lignes discontinues pour plus de finesse. Si vous avez dessiné tout ceci au crayon de papier vous n’avez plus qu’à tout repasser au feutre indélébile noir  ( perso Staedtler pigment liner 0.3). Si votre feutre n’est pas indélébile faites d’abord l’aquarelle et repasser vos traits au feutre une fois votre papier parfaitement sec.

Alors comment  ça c’est passé… une petite pause s’impose. Thé ou café? Et temps que vous y êtes ramenez donc un bocal d’eau claire,  vos aquarelles et pinceaux.

Pour cette aquarelle j’ai utilisé  du

  • bleu outremer
  • vert olive
  • noir
  • jaune d’or
  • rouge carmin
  • rouge cadnium (orange)
  • un pinceau  plat brosse 1/2
  • un pinceau fin 4

 

Sur une palette diluer  du noir et du bleu outremer, une pointe de rouge carmin,  l’un à coté de l’autre.  Mouiller  très largement votre brosse et cueillir du bleu outremer très délavé. Le déposer en coups de pinceau aléatoires au dessus de votre rectangle nénuphars. Laisser des blancs pour garder la légèreté. Venir remplir les espaces entre les feuilles de nénuphars et puis sans remettre de pigments remplir le espaces autour des poissons.

Nous allons donc maintenant travailler  « sur de l’humide » . Humectez votre pinceau mais sans le laver cueillir un peu de rouge carmin très dilué. Faire un test sur une feuille ou le dos de votre main pour avoir un rose très léger.  Déposer ce jus rose autour de vos feuilles et tiges des nénuphars, puis sans laver votre pinceau quelques traces dans vos coups de pinceaux aléatoires.

Mouillez votre pinceau fin et venir cueillir un jus noir très léger.  Ajouter les ombres des feuilles et des tiges.

Remplisser de ce jus gris  vos feuilles de nénuphars

Attention de laisser un liserer blanc entre votre fond et l’intérieur de vos feuilles car le papier est encore humide et la couleur de vos feuilles fuserait

Trempez votre pinceau dans le vert olive et déposez du pigment dans vos feuilles sans déborder le bord de votre rectangle. Sans jamais laver votre pinceau mais en ajoutant parfois de l’eau ajoutez quelques pointes de bleu outremer pour apporter de la vibration dans vos feuilles de nénuphars. Travaillez également avec du vert plus ou moins intense.

Nettoyer votre pinceau 4 et venir cueillir un peu de rouge carmin très largement dilué tester la couleur sur du papier ou votre main. Déposez sur les extrémités des pétales de la fleurs ce jus rose très léger, Sans laver votre pinceau prendre un peu de bleu gris pour les bases de vos pétales.

Laisser sécher tranquillement. Pendant ce temps   nous allons nous occuper des poissons.

Prendre le pinceau brosse et à l’eau claire venir mouiller toute le surface du premier poisson sauf son œil qui reste sec et sa queue hors cadre. Avec le pinceau 4 déposez sur le support bien mouillé des gouttes de rouge caldium (orange) un peu comme les taches d’une panthère, puis changer de couleur pour faire de même avec le jaune d’or et le noir. L’effet du papier mouillé va complètement mélanger les pigments entre eux pour se fondre en harmonie. Faire de même avec la seconde carpe attention de laisser un espace blanc entre vos 2 poissons sinon les couleurs se mélangeront entre les 2.

Et voilà votre page pratiquement terminée. Vous n’avez plus qu’à ajouter un joli texte , j’ai chois le poème d’Edmond Rostand « Les nénuphars »

J’ai également joué avec le mot libellule dont les « LL » forment les ailes de l’animal

et le titre du poème que j’ai écrit en lettres très allongées pour pouvoir au feutre en sur impression le mot l’étang.

J’espère que ce tutoriel vous aura plu. Que vous soyez déjà adepte de l’aquarelle ou débutant donnez moi votre avis.

Ceux qui connaissent un peu le mouvement artistique de l’école de Nancy auront certainement reconnu quelques inspirations de ce mouvement.  Si vous souhaitez en savoir un peu plus sur l’école de Nancy vous pouvez retrouvez mon article  Ma racine est au fond des bois Emile Gallé  

où venir faire un tour à Nancy découvrir cette belle ville mais attendez le printemps quand parcs et jardins sont fleuris…

Deux défis cette semaine :

  1. Refaire cette page pour ceux qui souhaitent  se  laissent tenter par l’aquarelle
  2. Pour  les cro’coeurs aguéris, me faire une page comme celle-ci en 2 parties . Vous choisirez  une photo dans laquelle vous allez pouvoir tirer 2 points de vue intéressants Vous en  ferez 2 rectangles gérés à l’aquarelle et  se rejoindre par du dessin uniquement au trait. Attention je veux également qu’il y ai un texte et un titre que vous aurez travaillé.

 

 

 

#8-Gestes de base pour pratique du carnet de voyage – transfert de photo

Encore des trucs & des astuces

 

Bonjour petit cro’coeur,

De mieux en mieux,  j’ai vu des pages vraiment magnifiques. Mais quand je dis cela je ne parle pas que des pages des cro’coeurs déjà expérimentés mais de ceux qui de plus en plus nombreux se jettent à l’eau.

Donc parmi ces très jolies pages j’ai pu découvrir quelques trucs & astuces que je ne connaissais pas. Donc pour ceux qui ne se seraient pas inscrits sur le groupe facebook ou pour ceux  à qui  certains commentaires auraient échappés, je vais faire un petit résumé.

Tout d’abord nous avons découvert le transfert de photo.  J’ai testé pour vous .

Côté matériel comme d’habitude j’ai un budget super serré donc les vernis colle à 8/10 euros le pot …. pour faire des essais :  moyen. Du coup j’ai acheté chez ACTION (mon magasin magique où je trouve plein de truc pas cher)  un vernis ultra mat à 1.99 € les 250 ml

Pour faire mon test j’ai découpé une image dans un prospectus publicitaire (impression standard sur papier 90 gr satiné ) bref une pub.  J’ai pu lire que certaines d’entre vous réimprimaient leurs images car elles avaient des soucis avec les transferts images de magazines mais à cette condition il faut que ce soit de l’impression laser. Je ne sais pas si c’est le vernis ou le papier du prospectus mais je n’ai eu aucun problème.

Bref il vous faut :  du vernis, une page de magazine (ici un bateau de pêche pub de Aldi de cette semaine au cas ou ça vous intéresse), une éponge humide avec un côté gratte gratte, une feuille pour recevoir le transfert.), un pinceau brosse.

  • Vous badigeonnez côté visuel la photo que vous souhaitez transférer, avec le vernis. Il faut aller suffisamment vite pour que le papier ne détrempe pas le temps que vous le manipulez.
  • Faites attention à ne pas mettre de vernis sur le verso de votre photo car cela imperméabiliserait le papier.
  • Déposer votre image côté colle sur votre support qui doit être parfaitement sec.
  • Appliquez avec les doigts pour chasser les bulles d’air, les plis et lisser le plus possible. Si vous ne souhaitez pas avoir un effet trop image plaquée je vous conseille de déchirer les bords de l’image ou ne pas plaquer partout les bords de l’image.

Faites bouillir de l’eau, sortez une tasse  et faites vous un bon  thé pendant que le vernis sèche. Si l’eau est trop chaude vous pouvez toujours dessiner votre tasse sur un coin de feuille en attendant que votre breuvage soit à bonne température.

  • Une fois votre assemblage parfaitement sec, arrachez les bords qui ne sont pas collés.
  • Prenez une éponge gratte-gratte humide et frottez doucement en partant du centre le dos de votre image. Dès que le papier se délite en petites boulettes faites les rouler sous vos doigts pour les éliminer. Recommencer l’opération jusqu’à ce que vous ayez enlever tout le papier. L’encre d’impression encapsulée dans le vernis va rester sur votre support alors que vous retirez le papier, et apparaît votre transfert.
  • Attention de ne pas râper trop fort  et ne pas dépasser votre zone de vernis car vous risqueriez d’abîmer votre support.

Plus il y aura de blanc et zones claires dans votre photo plus votre transfert aura l’effet d’un pochoir et laissera apparaître le support porteur par transparence.

Vous pouvez aussi jouer avec des textes mais ils seront alors à l’envers ce qui peut faire un très bel effet graphique ou de texture  mais attention vous ne pourrez plus aquareller ou colorier là où vous avez eu de la colle. Donc bien choisir le moment où vous faites votre transfert.

Vous avez également la possibilité d’utiliser les empreintes que peuvent vous laisser une éponge, un morceau de plastique bulle, une  boulette de papier froissé que vous tremperez dans de l’encre ou aquarelle très pigmentée. Mais vous pouvez tester ces expériences avec tout ce qui peut avoir une texture carton ondulé,  morceau de tapisserie avec du relief.

Dans la page ci-dessous j’ai fait un mélange entre dessin, collage, transfert, empreinte mais où et comment ?

  • Pour cette page j’ai travaillé sur une page de papier recyclé gris. Comme il pompe beaucoup l’eau  et se déforme je l’ai fixé sur ma planche par du kraft gommé pour que le papier reste plane.
  • Ensuite avec beaucoup de patience je me suis amusée à dessiner les mailles de la nasse au stylo bille. Pour ce qui est du cordage j’ai fait un grand serpent au feutre gouache blanc (Posca)sur lequel j’ai retracé au bille des  » s écrasés » pour traduire la torsade de la corde.
  • J’ai ensuite collé un morceau de carte routière avec une grande partie  de mer qui sur ma mise en page me servira de ciel.Une fois mon collage bien sec sur ma ligne d’horizon j’ai utilisé le système du transfert de photo pour ajouter le bateau de pêche. Il vient à cheval sur le morceau de carte et sur le dessin de mon quai que l’on voit encore par transparence.
  • Comme j’ai fait quelques trous dans le papier avec mon éponge gratte gratte j’ajoute au feutre gouache quelques mouettes dans le ciel pour dissiper le regard.
  • Sur la partie gauche de la page après mon aplat de bleu je tamponne  avec un chiffon imbibé de couleurs de la mer pour faire une sorte de vague qui frappe le bord de ma page.
  • Et j’ai ajouter mon texte explicatif en bas de page.

Pour le défi #8 de cette semaine je vous propose de faire  une  page sur laquelle il y a un morceau de carte routière en fond, une image que vous aurez traitée en transfert, 2 rectangles au choix de paysages de vos essais de traitement de l’eau de la semaine dernière, pour remplacer le dessin de la nasse ; et un travail de matière pour faire le lien entre vous 2 rectangles.

Alors maintenant à vous de jouer. Comme d’habitude on se retrouvent sur le groupe facebook atelier-carnet de voyage pour soumettre  le résultat, alors jetez-vous à l’eau!

 

#6-gestes de base pour bonnes pratiques

Bonjour petit cro’coeur,

Pour  recevoir chaque semaine  mes tutoriels inscrivez-vous. Cette semaine :

Les gestes qui sauvent

Et si cette semaine on profitait des gestes de bases du dessin pour également apprendre les gestes de base du sauveur. Ce dimanche j’ai passé ma journée en compagnie d’une agréable équipe de la Croix-rouge pour passer mon diplôme de PSC1P comme prévention S comme secours C comme civique de niveau 1.

Et  j’invite tout le monde à en faire autant. Franchement 60 euros pour pendant 8 heures apprendre à gérer une situation et faire les premiers gestes de secours c’est franchement peu cher payé.

Si les vagues d’attentats ont fait prendre conscience à la population de l’intérêt de connaitre les gestes de 1er secours, la probabilité, je le souhaite, de se trouver dans cette situation est faible. Par contre les accidents de la route, les accidents domestiques, les chutes, les  blessures graves et les mauvais coups sont notre quotidien.  Le saviez-vous?

Chaque année une peau de banane tue plus que les accidents d’avions…Les noyaux d’abricots plus de victimes que les requins.

Donc durant cette journée on ne vous apprend pas à devenir médecin, pompier, ou superman mais simplement à faire les gestes à votre portée qui peuvent sauver des vies, ou permettre d’attendre les secours.

Pour cela il y a 4 choses essentielles, tellement simples et si évidentes que l’on n’y pense pas.

Vous arrivez sur un accident de vélo, une personne est au sol, que faites vous?

1 – je gare mon véhicule à un endroit sécurisé pour ne pas provoquer un autre accident. Si je suis seule je sors mon triangle pour le mettre sur la route en amont de l’accident et enfile mon gilet fluo pour être visible. Si il y a d’autres personnes demandez leur de mettre des triangles et d’assurer ,sans se mettre en danger, la circulation.

2 – J’apprécie l’état de la victime. Je vérifie son état de conscience et si elle respire normalement, je lui explique ce que je vais faire et la rassure.

3- Après avoir fait un diagnostique je demande de l’aide, le 15 pour le samu pour venir en aide à la victime et fait prévenir le 17 pour la police pour gérer les problèmes de circulation et gestion de l’accident.

4- J’effectue les gestes de premier secours de façon calme et non précipité. Je retire si possible le vélo.

  • Si la personne est inconsciente mais respire je la positionne en PLS (position latérale de sécurité)
  • si elle est consciente et se plaint de plaie importante avec un fort saignement je lui demande de faire un point de compression sur sa plaie à l’aide de sa main. Si elle est trop faible je fais ce point de compression en veillant à éviter le contact avec son sang ( prendre des gans jetables, un sac plastiques ou un morceau de tissus ) pour éviter toute contamination. Et la couvre pour qu’elle n’ai pas froid. Si je dois me déplacer je lui fais un pansement compressif à l’aide d’un lien ou d’une bande suffisamment large pour couvrir la totalité de la plaie.
  • Si elle se plaint d’un membre ou d’une articulation. Je l’invite à se coucher ou à s’asseoir et faire en sorte qu’elle sollicite le moins possible le membre douloureux. La couvrir pour qu’elle ai chaud et la rassurer en  lui parlant calmement le temps que les secours arrivent.

Le geste classique d’erreur

Une personne souffre d’étouffement. Attention il y a 2 cas de figure.

  1. Soit la personne est en capacité de tousser, de parler, de respirer même avec des difficultés. Dans ce cas je l’invite à se mettre dans la position dans laquelle elle se sent le mieux, souvent penchée en avant ou assise. Je l’incite à tousser ET NE FAIT RIEN DE PLUS. Je reste à côté d’elle jusqu’à ce qu’elle reprenne une respiration normale. JE NE LUI TAPE PAS DANS LE DOS car cela risquerait de déplacer ce qui embarrasse ses voies aériennes pour les boucher complètement et créer un étouffement.
  2. La personne ne peut pas répondre, elle s’agite mais ne peut ni parler, ni tousser, ni respirer. Elle peut émettre des râlements ou tenter de tousser mais rien ne sort. Je place une main contre sa poitrine et de l’autre je viens frapper de 1 à 5 fois du plat de la main entre ses omoplates, jusqu’à ce que tout rentre dans l’ordre. Si les claques dans le dos n’ont pas eu d’effet j’enserre la personne dans mes bras par derrière, place un de mes poings fermé sur son estomac juste sous le creux des côtes. Je maintiens mon poing en place grâce à l’autre main et j’enfonce fortement mon poing vers le haut et vers moi. Recommencer ces gestes 5 fois maximum. Cela devrait faire sortir le corps étranger qui encombre.

Si la personne n’étouffe plus mais continue de tousser, rencontre des difficultés à avaler ou ressent une gêne, il est possible qu’une partie de l’objet soit resté coincé dans la trachée il convient de consulter un médecin.

Et ils sont nombreux ces simples gestes, la PLS (position latérale de sécurité) , le massage cardiaque, les soins sur une brûlure . Mais même si ces gestes vous font peur ce qu’il est important d’apprendre c’est garder son  calme, mettre en sécurité la personne blessée et surtout savoir faire une bonne analyse de la situation pour prévenir avec calme et précision les secours.

Cette formation c’est la seconde fois que je la passe, depuis j’ai été témoin d’un accident de la route j’ai pu sécuriser la scène mettre hors de danger les personnes qui occupaient le véhicule prévenir les secours avec le matériel adéquat en fonction du nombre de blessés et pathologie.

J’ai également pu faire les bons gestes auprès d’une personne âgée qui lors d’une chute s’est blessé au poignet avec étourdissement et vomissements. Résultat traumatisme crânien, poignet cassé alors qu’elle ne jugeait pas utile de faire venir les secours.

Alors non je ne suis pas Wonder woman, non je ne sauverai pas le monde comme le fait Bruce Willis mais si je peux ne pas être inutile face à une situation d’accident ce bien bête de ne pas prendre une journée pour m’enrichir de ce savoir.

Je vous invite également à télécharger ce PDF : prevenir les risques « Pour réduire les risques, se préparer à une situation exceptionnelle. » Inondation , incendie, tremblement de terre, tempête font de plus en plus partie de notre quotidien, comment s’y préparer. Ce document est extrait de

Le guide des gestes qui sauvent édition 2017,  auteurs Docteurs Pascal Cassan et Daniel Meyran- conception graphique : Thierry Aubert – illustrations Philippe Diemunsch

Cette semaine comme défi je vous invite à me dessiner votre kit catastrophe : le Cata-kit »

  • Gans de manutention
  • couteau multifonction
  • couverture de survie
  • bougies
  • briquet
  • lampe à manivelle
  • radio à pile
  • papier toilette
  • lingettes desinfectantes
  • sacs poubelle
  • sifflet
  • miroir
  • ficelle
  • trousse premier secours
  • bouteille d’eau
  • poche à réserve d’eau
  • cachets assainisseurs d’eau
  •  bloc papier et crayon de papier

et  m’indiquer quel usage direct ou indirect peut-on faire de ses objets. A vous d’imaginer présentation et  votre mise en page.

Comme d’habitude on se retrouvent sur le groupe facebook atelier-carnet de voyage pour voir le résultat.

#5-Gestes de base pour pratique du carnet de voyage

Bonjour Petit cro’coeur,

Dessin d’après nature, cadrage et perspective

Vous êtes de plus en plus nombreux à suivre ces tutos je ne pensais franchement pas que mes petites explications déchainent autant les foules. Vous me mettez le pression et je dois dire que cette semaine j’ai un peu de mal…. j’ai plutôt surtout très mal à la tête et bien du mal à me concentrer mais bon je ne vais pas me laisser abattre par une sinusite chronique non?

Donc ce tuto s’adresse à ceux et celles, surtout celles d’ailleurs qui sont beaucoup plus nombreuses à partager leurs pages ) qui ont fait le premier défi de la banane par le contour.

Vous allez dessiner par le contour ce que vous avez devant vous. Votre trousse, votre matériel de dessin, votre ordinateur, votre tasse à café préféré ,  trucs qui traînent devant vous ou comme moi kit de survie contre gros rub

Vous allez comme vous l’avez fait pour la banane travaillez segment par segment. Je choisi de commencer par le rectangle en bout de ma télécommande. Il me donne l’échelle de mon dessin, sa situation dans ma feuille et du coup mon angle de vue et cadrage. Je ne souhaite pas dessiner le journal à droite ni le plateau sans intérêt pour le message que je veux faire passer.

Astuce : si vous avez du mal à trouver un cadrage, des difficultés à définir vos contours, et/ou des problèmes de perspective  vous pouvez utiliser une feuille de plastique transparent épaisse (type verre acrylique de certains cadres synthétiques épaisseur  au moins 1 mm) sur laquelle vous dessinez au marqueur permanent une croix en axe vertical et horizontal et vous faites un cadre tout autour au scotch.

 

Vous pouvez alors tracer au feutre effaçable les contours de vos différents éléments. Certes vos traits seront tremblants mais cela va vous permettre d’avoir non seulement un cadrage,  une réelle conscience du tracé par le contour, mais également le moyen de dessiner une perspective juste.

Vous reporterez alors sur votre feuille de dessin les contours de vos objets, segments par segment en regardant à la fois vos objets réels devant vous mais également le tracé repère que vous venez de faire. Il en est de même si vous êtes capable de dessiner directement d’après nature. Bien observer et avancer segment par segment

En matière de perspective les verticales restent toujours verticales, seules les lignes parallèles au sol peuvent prendre un angle vers le haut ou vers le bas (c’est ce qui donne l’effet de perspective, mais je vous ferai un tuto spécial perspective. Votre croix et cadre vous aident à voir si vos lignes montent ou descendent.

Vous avancez dans votre image élément par élément en observant bien où se trouvent les objets à quel niveau ils se croisent. Ce qui passe devant, derrière, dessus, dessous

Personnellement j’ai dessiné mon croquis avec quelques feutres à l’eau ce qui me permet à l’aide d’un pinceau à réservoir d’eau de venir aquareller mes traits sans ajouter de couleur.

A ce croquis je viens apporter quelques éléments que m’évoque la scène pour faire ma mise en page. Je vous le concède elle n’est pas terrible mais franchement dans mon état je ne peux pas faire mieux.

Alors à vous de jouer maintenant! Pour ce défi je veux avoir d’un côté la photo de votre univers / de l’autre le croquis que vous en avez fait  / et si vous y parvenez une chouette mise en page à partir de tout cela.

Faites moi découvrir vos petits univers.  et rendez-vous sur le groupe facebook atelier-Carnet de Voyage

Bisous, bisous, mes petits cro’coeurs je pars me remettre sous la couette!

tuto page carnet de voyage – oiseaux

 

J’ai bien envie pour Noël de vous offrir ce petit cours de page de carnet. L’hiver est là, les feuilles des arbres ont disparu et laissent les oiseaux au regard de tous. Pour peu que vous ayez mis quelques graines sur vos fenêtres et vous pouvez les observer dans leurs plumes gonflées. Je vous propose donc de réaliser cette page de carnet,  son dessin mais aussi sa mise en page.

Il vous faut :

  • une feuille de papier aquarelle ou a défaut une feuille de papier dessin au moins 180 gr si vous souhaitez que votre feuille ne se déforme pas trop
  • Crayon de papier HB et gomme
  • Un feutre indélébile  Staedtler  pigment liner  0.5mm
  • Quelques aquarelles ou encres à dessin
  • un pinceau , un pinceau n°4 un pot d’eau claire, un chiffon

Tous les carnettistes vous dirons qu’il faut dessiner sur le vif d’après des sujets réels….et bien laissons les dire, car je sais bien que tout le monde ne sait pas dessiner sur le vif et encore moins faire une mise en page qui soit d’intérêt.  Je vais donc ici vous aider à faire les deux.

Tout d’abord  vous allez commencer par dessiner  au crayon de papier dans la partie gauche de la feuille. mes 2 oiseaux.  Si vous n’avez pas le trait aisé je vous conseille d’imprimer ces 2 oiseaux et positionner l’impression tête en bas, (du coup dessiner en bas à droite de votre feuille). Cette démarche va vous aider à bien dessiner ce que vous voyez et non ce que vous croyez voir. Tracez ainsi segment par segment en faisant bien attention au positionnement de chaque trait par rapport à l’autre

C’est parti, j’ai donc choisi de mettre mon modèle à l’envers.

Positionner votre impression tête en bas pour vous aidez à dessiner les contours
Commencez en bas à droite à 5cm dans les 2 sens

 

 

Vous avez désormais dessiné vos 2 oiseaux.  Vous pouvez donc remettre votre feuille à l’endroit. Alors? Que pensez-vous du résultat?

Maintenant nous allons passer à la mise en couleur. Pour cela vous trouverez les instructions de couleurs inscrites sur chacune des parties. Ne faites pas attention au cadre et lignes tracées autour nous y reviendrons après , pour le moment seuls nos oiseaux nous intéressent.

Schéma 2

ASTUCE SI VOUS N’AVEZ PAS L’HABITUDE DE L’AQUARELLE /  Je vous conseille dans un premier temps de préparer dans une soucoupe vos différentes couleurs, du rouge carmin, terre de sienne, bleu ardoise ( cyan+noir), jaune  et noir. Ainsi vous pourrez travailler avec des couleurs « propres » et surtout vous pourrez travailler rapidement avant que le papier ne sèche.

  1. A l’aide du pinceau plat vous allez passer toute la surface du rouge gorge à l’eau claire, votre papier doit briller à la lumière.
  2. Prendre ensuite votre pinceau rond n°4, commencez par déposer le  rouge carmin le long de la gorge. Votre papier étant imbibé d’eau la couleur fuse et s’arrête là où le papier est sec ( cette technique s’appelle travailler sur l’humide).
  3. Vous pouvez passer plusieurs fois votre pinceau du côté gorge pour accentuer la couleur.
  4. Nettoyer votre pinceau  ressuyez-le et sans attendre le tremper dans la couleur sienne, venez déposer un trait un trait de sienne au bord de votre tache rouge. Les 2 teintes entre en fusion. Retrempez votre pinceau dans le sienne et couvrir la surface de l’oiseau.
  5. Nettoyez votre pinceau ressuyez-le et venez déposer du bleu ardoise sur l’arrière de la tête, le pourtour de l’aile , le dessous de la queue jusqu’à votre partie rouge. trempez votre pinceau d’eau l’eau sans le lever égouttez-le et venez déposer sur la queue le bleu ardoise ainsi dilué.
  6. Laissez sécher.
  7. Après séchage ajouter l’œil , le bec et les taches autour du bec ( technique sur sec )
  8. Vous pouvez alors souligner ou corriger certains contours en les surlignant au feutre noir 0.5mm
Rouge gorge

Nous allons maintenant passé à la mésange :

  1. A l’aide du pinceau plat vous allez passer toute la surface de la mésange  à l’eau claire à l’exception de la partie qui doit rester blanche que vous  laisser en papier sec, ailleurs votre papier doit briller à la lumière.
  2. Prendre le pinceau rond n°4 utiliser de la couleur jaune fortement diluée. Déposer la couleur en escargot en partant de l’extérieur vers l’intérieur de façon à avoir une concentration de pigment au centre de votre escargot.
  3. Prendre le bleu ardoise, venez le déposer au dessus de la tête sur les ailes et sur la queue.
  4. tremper votre pinceau dans l’eau pour dilué la teinte, venir déposer un liserer sur le pourtour de votre escargot.
  5. Laissez sécher
  6. Une fois sec accentuer les traits des plumes des ailes avec quelques traits en bleu ardoise, diluez votre teinte et revenir sous le ventre de l’oiseau.
  7. Finir avec du noir pour la gorge le bec et l’œil. Attention de laisser un petit point blanc dans l’œil pour plus de réalisme
  8. vous pouvez là encore accentuer certains contours au feutre noir.

    Mésange

Nous allons maintenant considérer notre mise en page, car ces 2 oiseaux aussi beaux soient-ils ainsi posés sur la feuille n’ont pas bien d’intérêt et notre page peu de vie.

Vous allez donc dessiner au feutre noir le cadre autour des oiseaux, les traits qui simulent le tronc du bouleau ainsi que les branches sur lesquelles sont posés les oiseaux selon le modèle schéma 2. Ne pas oublier les petites traits horizontaux. Et la vous allez voir comme il est facile de peindre l’écorce du bouleau

ASTUCE ÉCORCE DE BOULEAU :  l’écorce du bouleau est lisse et blanche avec ici et là quelques traces plus foncées et granuleuses. Pour faire son rendu rien de plus facile. Il vous suffit d’une bougie blanche ( type chauffe plat par exemple) Vous allez utiliser la tranche de la bougie comme un crayon de couleur. Vous venez frotter la surface du tronc avec votre bougie , faire quelques allers et retours pour bien remplir toute la zone (attention de ne pas passer sur vos oiseaux) regarder avec le reflet de la lumière que votre bougie remplie bien toute la zone souhaitée. Chose faite vous chargez un pinceau plat d’un léger gris  et peignez sur la bougie. La paraffine bouche le grain du papier et joue comme répulsif ne laissant passer les pigments qu’aux endroits où le papier n’est pas entièrement bouché. Et voilà, 1 minute chrono pour faire une superbe écorce de bouleau.

Vous n’avez plus qu’à ajouter en bas à droite de votre feuille le dessin d’une jolie plume que vous soulignerez d’une légère ombre à l’aquarelle et votre page est finie.

BRAVO! Je vous invite à partager votre création dans le groupe facebook  Atelier-carnetDeVoyage

 

 

 

 

Saint Nicolas , pains d’épices et chocolat

J’avais tout prévu pour ce weekend, programme bien planifié.

Samedi 9h piscine, 10h30 les courses, 12h repas, 14h descente vers les animations de la St Nicolas : dessins,  15 h le village de la marmaille pour observer les regards fascinés des enfants, 17h profiter de la féerie de la fête. 18h me rendre au point de départ du défilé, 19h30 tartiflette avec Sophie.

Alors ce n’est pas du cadré ça?

Vendredi, Nancy avait enfilé son manteau de neige, la température est bien descendue mais le soleil était annoncé pour le défilé. Super motivée vendredi pour aller voir les chars et animations…. Mais voilà samedi matin -4 degrés est l’arrivée  d’un gros paquet de flemme. 9 heures je suis encore devant ma table de déjeuner. Le radiateur ronronne dans mon dos et la bouilloire est encore chaude, je regarde du coin de l’œil ma pochette de crayons. A croire qu’elle non plus n’a pas envie de sortir, car sous mon regard elle tombe de la table et glisse se cacher sous le canapé. Le fauteuil me tend les bras et je sens déjà le velours du plaid caresser mes épaules. Et à ce moment précis je sais que je vais passer la journée de mon fauteuil> à ma table à dessin, de mon livre> à ma tablette, de la radio> à la télé, de ma tasse de thé> à ma tasse à café, jusqu’à ce que Sophie arrive.

croquis rapide en trait continu et aquarelle du coin de mon appartement avec mon fauteuil

Je commence donc tout en douceur : petit exercice de dessin en ligne continue. Je viens de découvrir cette méthode de dessin étonnante développée par Betty Edwards (dessiner avec le cerveau droit) . Le but est de dessiner les objets par leur contour mais en considérant chaque élément segment par segment qui s’imbrique et avancer dans son dessin de la sorte et non par masse comme je le faisais jusque-là. C’est étonnant comme j’ai beaucoup plus de facilité à dessiner ainsi un amalgame d’objets ou un paysage. Je vous prépare une petite série d’exercices dans ce sens.

Mais c’est tout de même le weekend de la St Nicolas et comme le veut la tradition j’avais déposé devant ma porte une assiette avec une carotte et un bol d’eau pour rassasier l’âne de St Nicolas lors de son passage. Il m’a, à la place, déposé chocolat, pain d’épices, et mandarines, que bien évidement je croque….

mise en page de croquis de st Nicolas en chocolat paquet cadeau et morceau pain d'épicescomposition mise en page chocolat chaud crémeux et recette du pain d'épices

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

et une mise en page en appel une autre et comme très souvent une tasse  de thé remplace une tasse de café, ou un chocolat chaud  pour  finir  couché sur le papier.

Et oui les tasses c’est mon sujet de prédilection, au stylo bille, au crayon à l’aquarelle, sur un coin de table, ou sujet d’une mise en page….

3 mises en page de tasse de café et une de thé

composition thème tasses techniques mixtes collage, aquarelle, stylo bille

 

et oui j’aime dessiner les tasses car quelque soit son contenu c’est toujours synonyme de bien être soit parce que c’est ‘un moment de détente, de plaisir, de partage entre amis. Je vous invite donc à partager un thé ou un café avec moi…

et si le cœur vous en dit me payer un café  en faisant acquisition d’une de mes planches de reproductions de tasses ( si vous cliquez sur les images vous serez redirigée vers ma boutique sur Etsy). Ou la cafetière entière si vous achetez  une aquarelle originale.

 

Bon, pour ceux qui seraient frustrés de ne pas avoir vu  Saint-Nicolas je vous mets l’intégralité du défilé aux meilleures places qui puissent être.

Nancy : le grand défilé de la Saint Nicolas

Le défilé de chars de la Saint-Nicolas arrive place Stanislas à Nancy. Merveilleux moment à partager.

Posted by France 3 Lorraine on Samstag, 2. Dezember 2017

 

Profitez des festivités de la Saint- Nicolas à Nancy

Voilà c’est parti  pour 45 jours d’illuminations, festivités, défilé, animations…. Si la Lorraine n’est pas le pays du père Noël elle est celui de Saint-Nicolas.

Tous les petits Lorrains connaissent la légende de Saint-Nicolas , ce saint patron qui  a ressuscité trois enfants découpés en morceaux par un boucher cruel… Protecteur des enfants et des écoliers, saint Nicolas est aussi le saint patron de la Lorraine depuis 1477 sur décision de René II, duc de Lorraine. A ce titre il est fêté dans de nombreuses villes de la région le 6 décembre.

Par ces températures  qui devraient être négatives il est agréable de se chauffer les mains autour de boissons chaudes dans le village de St Nicolas. La ville de Nancy se pare de ces plus beaux atours pour célébrer le Saint.  Les villages gourmands fleurissent sur les principales places de la ville. Et là je vous conseille le sandwich de montagnard. Au placard les Mc Do et Burger king dans leur pains aux pâtes molles et aux goûts fades. Vive la baguette et le pain de campagne! La raclette ! Le reblochon!  Le munster, le lard grillé, les compotés d’oignons… ça fait péter mais rien de grave,  les effluves de pains d’épices et de vins chauds cacheront allègrement ces légers désagréments. Il faut parfois savoir se faire plaisir

Si le cœur vous en dit vous pourrez faire vos achats de Noël dans le grand village où 75 chalets vous accueillent pour vous vendre la féérie de Noël. Au pied de l’église St Sebastien profitez de ces petits chalets aux décors montagnard, kitsch, ou humoristique, qui vous attendent avec tables et sièges  confortables pour prendre le temps d’y manger sans contrainte votre sandwich, boire un vin chaud, ou simplement prendre le temps d’un moment à revivre vos souvenirs d’enfance.

Tout dans la ville est prévu pour les enfants : le village de la Marmaille et ses manèges, la colline aux grandes oreilles, le quartier des bouchers ou encore la grotte du père Fouettard pour les plus courageux. Chaussez vos patins pour un tour de patinoire place Thiers puis accordez vous une pause pour déguster un Saint-Nicolas en chocolat ou en pain d’épices .

Si vous êtes perdus cherchez dans le ciel la grande roue, elle vous ramènera place de la carrière une fois traversé l’arc Héré vous pouvez découvrir la Place  Stanislas avec son grand sapin tout en lumière. Pour le petits ou pour les grands lorsque le nuit est tombée les façades de la place royale se transforment sous le son et lumière de la légende de St Nicolas.

A cette occasion, l’an passé, la statue de Stanislas sur la place royale du même nom c’est couverte d’une grosse bulle à la manière des boules que l’on renverse pour y voir virevolter la neige.

Si je ne suis pas forcément adepte du défilé de chars  qui désormais se déroulera le samedi soir  pour que le plus grand nombre puissent en profitez durant leur weekend. Je suis totalement retombée en enfance devant les nombreux spectacles de rue.  Ici des funambules qui traversent la place en tournoyant au dessus de nos têtes, là des marionnettes géantes ou de drôles de machines.

D’étranges vaches mécaniques géantes montées par 2 pages et animées par 3 personnes, traversent la place en marquant quelques arrêts durant lesquelles ces vaches aux yeux de biche se font nourrir par les plus téméraires des enfants.

Très franchement si vous n’avez rien d’impératif à faire le weekend du 2 et 3 décembre venez faire un tour vivre cette grande fête. Pour tout le programme c’est ici

 

Petite promenade du côté de la piscine thermale de Nancy

Les décorations de  Noël prennent déjà place dans les rues,  mais ne sont pas encore illuminées. J’ai horreur de cette période qui pour moi signifie se réveiller dans la nuit, sortir du travail dans la nuit, donner mes cours de croquis dans la nuit…. et le restant de la journée avoir des  brumes matinales qui s’étirent jusqu’à 15h pour faire place à, au mieux, une heure de lumière avant que tombe la nuit. Les températures qui baissent pour chatouiller le zéro tandis que l’humidité enveloppe tout sur son passage.

Qu’il est bon de cocooner au coin du feu

Mais aujourd’hui  le soleil est présent de bon matin donc j’en profite. Pour commencer un grand bol de thé. Non je ne fais pas tremper  une épingle à nourrice dans mon bol, c’est ma pince à thé…….

Par la fenêtre de la cuisine je vois les dernières feuilles des arbres qui éclatent de leur couleur jaune d’or.  Juste sous mes yeux un ginkgo biloba. Il mérite bien son nom d’arbre aux quarante écus ou abricotier d’argent, il est d’un jaune éclatant. Sa jolie feuille en forme de papillon  a souvent été utilisée par les artistes de l’école de Nancy notamment Jacques Gruber avec ses vitraux . C’est la plus ancienne famille d’arbres connue, puisqu’elle serait apparue il y a plus de 270 millions d’années. Elle existait déjà une quarantaine de millions d’années avant l’apparition des dinosaures. Bon d’accord le mien doit avoir au mieux une trentaine d’année, et si les chats continuent à déterrer les racines pour y faire leurs besoins il ne vivra pas vieux.

Vieille carte postale qui montre le geyser de la fontaine Lanternier
fontaine Lanternier

Je me suis levée tôt avec la bonne résolution d’aller faire mes exercices d’étirements à la piscine ronde. Vous vous dites que je suis folle d’aller à la piscine à cette saison, il fait froid. Mais en fait c’est la saison la plus agréable pour aller à la piscine ronde car elle est thermale. Sa température dans le bassin est suivant les jours ente 30 et 31.5 °.   Je suis depuis maintenant 18 mois atteinte d’une  capsulite et me rends pour me détendre et soulager les douleurs dorsales que cela implique  2 à 3 fois par semaine à la piscine thermale. Après 9 mois chez le kiné mon épaule va mieux mais j’ai gardé l’habitude d’aller faire le petit  légume dans le court-bouillon de Nancy-thermal. J’y retrouve un certain nombre d’habitués ( les ptits vieux sont les plus assidus et les plus matinaux) qui discutent en faisant quelques mouvements.
Ce complexe aquatique vient de la découverte d’une source thermale par l’architecte Lanternier qui réalisa des forages en 1908. La source porte son nom. Elle fut inaugurée lors de l’Exposition internationale de l’Est de la France en 1909.  En 1913 sont inaugurés l’établissement ainsi que la piscine qui s’avère être à l’époque la plus grande piscine en eau thermale du monde. publicité sur laquelle on voit une bouteille en verre avec une étiquette grilles Jean Lamour de la place Stanislas

L’eau de la source jaillit à 36 °C et permet de traiter les affections arthritiques. Cette vieille publicité montre que visiblement elle était également mise en bouteille. Je ne saurai vous dire goût elle a car une bonne dose de javel y est désormais ajouté.  Elle ne sera plus utilisée à partir de 2006 pour alimenter les bassins de la piscine Olympique et bassins en plein air, notamment parce que le forage s’est bouché. Seule la piscine ronde est actuellement encore alimentée en eau thermale.

Ce bâtiment aux formes arrondies abrite un bassin de soins décoré de faïences et fontaines en fer
forgé au style de l’école de Nancy. Encerclé de 32 cabines, ce bassin ne permet l’accès qu’à un nombre
limité d’usagers en même temps. Surtout prisé des l’ouverture des portes à 8h30 il faut parfois attendre sur les chaises de l’accueil qu’un roulement se fasse avant de pouvoir atteindre ce
bassin au décor de rêve.

page de carnet avec une aquarelle du bâtiment de la piscine ronde et une photo de l'intérieuraquarelle d'une de fontaines autour du bassin de la piscine ronde et photo de l'intérieur

Mais aujourd’hui j’ai de la chance une cabine est disponible dès mon arrivée. Je m’étire, fais des exercices musculaires et me prélasse donc durant une bonne heure.

Une fois sortie mais encore bien chaude je décide de faire un tour en ville, bonnet sur la tête, gants aux mains je reprends mon vélo est pars vers la vieille ville prendre un café et ressentir la respiration de la ville.aquarelle tasse à café

A cette heure-ci les rues sont encore calmes, mes cuisses en fromage blanc ne me permettant pas de rouler vite j’en profite pour admirer façades et ruelles. C’est étonnant je découvre encore des choses que je n’avais pas vues. Depuis des années je me promène dans ce quartier je n’avais jamais remarqué cette superbe fontaine que l’on a plus l’habitude de rencontrer dans les rues de Paris. La fontaine Wallace de Nancy (du nom du philanthrope américain qui a financé leurs installations. Elles ont été conçues par le sculpteur Lebourg,) est située place du colonel Fabien , sur le côté de l’église Saint Evre.

page de carnet de croquis sur laquelle est représentée en bleu Majorelle la fontaine Wallace
Fontaine Wallace, Nancy

Elle est constituée de 4 cariatides. Légèrement différentes l’une de l’autre, elles symbolisent la bonté, la simplicité, la charité et la sobriété et représenteraient également les saisons.
Il paraît qu’à la belle saison un filet d’eau coule entre celles-ci . Il faudra que je revienne
voir cet été.

En attendant un petit café bien chaud s’impose…non  qu’en pensez-vous ? Je vous ai donné envie non?

Alors je vous invite à  vous prendre un café et si le cœur vous en dit, et je vous propose le défi d’ici notre rendez-vous de la semaine prochaine d’en faire un petit croquis que vous pourrez partager sur ma page    https://www.facebook.com/laurence.morel.92

Changement horaire une heure pour s’évader !

aquarelle sur feuille maniuscrite collée représentant les ruelles vides de la vieille ville de Nancy avec en fond le clocher de l'église St Epvre
C’est incroyable ce que le changement horaire peut avoir comme répercussion sur moi. Non pas à cause du rythme du sommeil modifié mais bien à cause de ce que cela signifie : la vitalité du printemps ou la morosité de l’hiver. Au printemps c’est une heure de plus gagnée pour chaque soir flâner à travers les rues tranquilles de la Vieille Ville . Ce sont les beaux jours qui arrivent, les fleurs dans les arbres font comme des tableaux dans le ciel. Les chants des petits oiseaux témoignent de leur union à venir, tandis que les amoureux déambulent rêveurs dans les rues avant de prendre place et  se bécoter sur les bancs publics .

Tout est à revivre avec le retour de la lumière.

Mais pourquoi change t-on d’heure ?

C’est une habitude bien ancrée dans le paysage français : chaque dernier dimanche avant le mois d’avril et chaque dernier dimanche d’octobre, il faut régler toutes ses montres et ses réveils, et rappeler à ses proches distraits de le faire pour ne pas être en retard ou en avance mais c’est moins grave.  ( Moyen mnémotechnique pour savoir dans quel sens on change d’heure  AVril avec AV comme avance / octobRE avec RE comme recul)

Au départ, économiser l’énergie
C’est après le choc pétrolier de 1973 que le changement d’horaire est instauré en France. La guerre du Kippour, entre Israël, l’Égypte et la Syrie, entraîne une série de hausses des prix du baril de pétrole. Le prix de l’essence s’envole, il devient indispensable de faire des économies d’énergie. C’est l’objectif de la mise en place du changement d’horaire : limiter le recours à la lumière électrique en rapprochant nos heures de vie éveillée des heures d’ensoleillement.

Depuis 1998, l’Union européenne a  fixé les dates du changement d’heure, les mêmes dans tous les pays qui la composent : dernier dimanche de mars et dernier dimanche d’octobre.

Le Royaume-Uni et l’Irlande avaient déjà un horaire d’été depuis la Première Guerre mondiale. En France, c’est un peu plus compliqué : un horaire d’été avait été adopté pour la première fois en 1916, mais il a été abandonné en 1945, afin de rompre avec « l’heure de Berlin », imposée pendant l’Occupation allemande.

Mais c’est de moins en moins vrai
Peut-on réellement évaluer l’impact de cette mesure sur la consommation d’énergie ? Selon les dernières données de l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie, le changement d’heure a permis en 2009 d’économiser 440 gigawatts-heure (GWh) en éclairage, ce qui correspond à la consommation d’environ 800 000 ménages, soit environ 0,3 % de la consommation annuelle d’électricité du pays.

Mais a-t-on fait la mesure de l’énergie dépensée à l’illumination toutes les nuits des zones industrielles ou commerciales. Celle des milliers de kilomètres de routes et autoroutes. Avez-vous déjà pris l’avion la nuit? Il est possible lorsque le ciel est dégagé de voir le nombre de villes qui brillent de tous feux.

Certains vous dirons que c’est une question de sécurité. En 2002, l’association internationale pour la protection du ciel nocturne avait demandé à l’Unesco de classer la nuit comme patrimoine mondial de l’humanité. Une belle intention pour retrouver la pureté d’un ciel étoilé en faisant reculer la pollution lumineuse.

Mais cette volonté de renouer aujourd’hui avec le noir n’est pas que d’ordre écologique. Elle a également pour but de faire progresser la sécurité routière. Diverses études ont révélé que des routes non éclairées entraînaient plus d’inconfort et donc plus de vigilance. La vitesse baissant, les accidents chutent également.

Départements et villes s’y mettent aussi. En effet moi qui me rends de plus en plus souvent en Bretagne j’ai pu remarqué que dans cette région au bout de la France, où il est difficile d’acheminer l’électricité, les routes ne sont pas éclairées et ce n’est pas ce qui cause plus d’accident. Bon nombre de communes ne disposent que d’un dispositif à minima d’éclairage public, les rues de villages et hameaux, ou lotissement sont dans le noir, chacun faisant alors usage de sa lampe de poche. Et franchement il est vrai que je n’ai jamais aussi bien vu les étoiles que depuis mon jardin en Bretagne où dans mon petit  hameau les maisons dorment d’un sommeil paisible dans le noir profond de la nuit.

Les soirs de pleine lune sont autant d’occasions d’observer toute la famille de hérissons qui traverse ma terrasse pour aller chercher à l’abri du vieux pan de bois les escargots qui dans la journée ce sont abrités du soleil. J’y ai également redécouvert ce que sont les vers luisants

Photo Fred Chevaillot – Site Asterella
Mais nous voici revenus à l’heure d’hiver. Qui porte bien son nom. Dès son arrivée les jours trop courts perdent l’attrait des grandes promenades en forêt à la recherche de châtaignes ou de champignons sous les feuillages flamboyants et multicolores.
Il est temps de faire les dernières récoltes avant les premières gelées. Les poires seront mises en bocaux tandis que les courges et potimarrons viennent enjoliver les bords de fenêtre en attendant de faire l’objet de bonnes soupes
Les arbres perdent leurs feuilles et telles des mains décharnées les branches  tentent de leurs griffes de retenir le soleil au dessus de l’horizon.
Mais il fait déjà nuit. Le temps de rentrer à la maison. Le feu crépite dans la cheminée et le vague à l’âme je mets les marrons dans la poêle perforée pour doucement en cuire la chaire en attendant que commence la soirée.
Mais bientôt vont arriver brouillards, pluies et frimas à moins que ce ne soient quelques flocons de neige qui nous poussent vers nos foyers. Alors comme seule la Lorraine sait le faire nous subirons bons nombre de journées au ciel blanc sans saveur.
Mais bientôt arrivent les festivités de la Saint -Nicolas…….